Aller au contenu principal

Le tabac aussi mise sur le haut de gamme

Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier tirent leur épingle du jeu en intégrant des nouveaux marchés.

Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.

mine dans le Puy-de-Dôme et l’Allier avec des rendements qui devraient cette année atteindre des niveaux «corrects» malgré la destruction de 3 ha (sur 42 ha de plantations), suite aux épisodes de grêle et de tempête qui se sont abattus sur certains secteurs.

Des marchés de qualité

Impactés ces dernières années par la perte de débouchés, les 29 planteurs de la section Auvergne Bourbonnais de la coopérative Perigord tabac, répartis sur le Puy-de-Dôme et l’Allier, ont su rebondir en intégrant de nouveaux marchés.

Depuis l’an dernier, la coopérative produit ainsi 25 ha de Burley cape pour l’usine Deltafina en Italie. «C’est un marché que nous avons en commun avec la coopérative sud-ouest TGA et qui consiste à produire la cape (l’enveloppe ndlr) des cigarillos», explique Thomas Pannetier, président de la section Auvergne-Bourbonnais. La production est minutieuse. Sur la base d’un cahier des charges précis, elle consiste à produire des feuilles dans lesquelles le fabricant pourra extraire 5 bandelettes de qualité et sans tâches, destinées à entourer les rouleaux de tabac. Contrairement à la première année de production, la récolte 2020 s’achemine vers une meilleure qualité. «Les planteurs ont pu irriguer correctement après avoir établi un mini plan de production leur permettant d’organiser et de partager les tours d’irrigation avec les autres cultures de leurs exploitations» précise Thomas Pannetier.

Tout nouveau débouché : celui de la nicotine liquide pour cigarettes électroniques ; un marché 100% made in France innové par le fabricant bordelais VDLV (Vincent Dans Les Vapes) et pour lequel les planteurs auvergnats consacrent 12 ha cette campagne via 2 variétés de tabac : le Burley (6 ha) et le Brun (6 ha). «C’est une première pour nous sur ce marché et sur la culture du Brun dont la conduite est différente pour obtenir le plus de nicotine possible. On recherche la chimie sur ce tabac et non la qualité de la feuille» indique Stéphanie Seguin, technicienne de la coopérative.

Plus classique, la production sur 5,5 ha de B217 (Burley) pour l’entreprise Cortès en Belgique. L’objectif étant cette fois d’obtenir une faible quantité de nicotine, soit 2,5% de teneur sur plante entière contre 6,5% pour du tabac Brun (nicotine liquide). Enfin dans les parcelles les plus légères qui demandent très peu d’azote, la variété Virginie peut aussi faire partie de l’assolement des planteurs auvergnats.

Les prix payés aux producteurs diffèrent selon les marchés. En production de Burley Cape, la fourchette de prix dépend de la qualité et du potentiel à faire des bandelettes, soit de 1,50€/kg à 6,50€/kg. En production de nicotine liquide (Burley et Brun), les tarifs varient de 3,50€/kg à 5,50€/kg selon la teneur en nicotine. Quant au B217, le prix est fixé à 3,90 €/kg. «Sur chaque production, les rendements s’étirent entre 2,5 T et 3,5 T» mentionne Thomas Pannetier.

Recherche nouveaux producteurs

Cette année, 5 planteurs manquent à l’appel. Le renouvellement des générations est un problème récurrent pour les producteurs de tabac auvergne-bourbonnais. «Nous recherchons des producteurs, quel que soit le bassin de production, lance Thomas Pannetier. La culture du tabac est compatible avec d’autres productions sous contrat. Pour se faire la main et se rendre compte, l’agriculteur peut démarrer sur 50 ares. L’organisation est facilitée aujourd’hui : toutes les productions partent en carton depuis l’exploitation ; il suffit d’un accès sur la ferme pour un semis remorque. Les investissements de départ sont minimes grâce à la mise à disposition d’outils et de matériels adaptés via notre CUMA spécifique. Nous aidons aussi les nouveaux arrivants en leur mettant à disposition les séchoirs des anciens producteurs pour leur éviter d’investir la première année».

A noter enfin que l’ensemble des coopératives tabac ont une caisse d’assurance spécifique destinée aux planteurs. «Un système unique qui permet de soutenir les producteurs en cas de sinistres sur leurs tabacs».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole