Aller au contenu principal

Sommet de l'Elevage
Le Sommet de l’élevage se joue des années qui passent

Edition exceptionnelle pour le Sommet de l’élevage qui fête ses 20 ans et accueille pour l’occasion le concours national Limousin, comme en 1992 à Cournon.

Il y a tout juste 20 ans, le Sommet de l’Elevage faisait ses premiers pas sur le site du plan d’eau de Cournon. Qui aurait imaginé que cette foire aux allures de journées départementales laitières deviendrait le plus grand rassemblement des races bovines ? La première édition en 1992 était en effet bien loin du Sommet de l’élevage qui s’expose aujourd’hui à la Grande Halle d’Auvergne ; «notre ambition d’alors était d’instaurer un évènement professionnel pour promouvoir la production de viande, mais jamais nous ne pensions que le Sommet grimperait si haut ! » raconte le président Roger Blanc. Victime de son succès, la manifestation attire chaque année de plus en plus d’exposants et de visiteurs, et elle accueille de nombreuses délégations étrangères. Ainsi, le Sommet de

l’élevage a gagné ses galons de salon professionnel en proposant un rendez-vous ponctuel entre exposants et éleveurs.

20 ans déjà !

Preuve tangible de son attrait, bon nombre de ministres et d’élus ont arpenté les allées du Sommet durant ces vingt ans. Jean Puech, ministre de l’agriculture en 1993, aura été le premier à fouler le site de Cournon. Valéry Giscard d’Estaing, Louis Le Pensec, Jean Glavany, Hervé Gaymard, Dominique Bussereau, Michel Barnier, Bruno Le Maire… et un président de la République, Jacque Chirac, ont également fait étape au Sommet, les uns porteurs de bonnes nouvelles, les autres arrivant les mains vides…

En 2004, le Sommet de l’élevage prend un nouvel envol en s’installant à la Grande Halle d’Auvergne. Les exposants se pressent aux portes et le nombre de visiteurs explose (65 000). Cette même année et pour la première fois, le Sommet accueille un concours national de race.

La Limousine ouvre le bal

20 ans après, c’est elle qui est à nouveau à l’honneur. Une manière symbolique de célébrer 20 ans de Sommet de l’élevage, de se souvenir des étapes qui ont été les siennes et de ne pas oublier que le Sommet reste une tribune syndicale de choix pour la défense de la profession.

Zoom sur...

La limousine est de retour !

La Limousine a été la première race à organiser son Concours National dans le cadre du Sommet de l’elevage en 2004. Son retour du 5 au 7 octobre 2011 s’inscrit dans un contexte particulier au niveau de l’élevage des zones dites « difficiles » (Augmentation du coût des matières premières, prix de vente de la viande insuffisant, difficultés structurelles et conjoncturelles…).

Aussi, France Limousin Sélection se fixe comme objectif principal de réaliser un Concours National « responsable » et résolument tourné vers les professionnels et les étrangers.

En effet, dans cette conjoncture difficile, plus que jamais, le Concours a vocation à être une véritable vitrine des qualités de la race Limousine, du dynamisme des organismes s’occupant de la filière et du travail passionné effectué au quotidien par les éleveurs.

Vente aux enchères, remise des paillettes d’or, défilé des animaux primés… les temps forts habituels du concours seront reconduits sur cette édition.

Une nouveauté toutefois : la création du prix de section. Ainsi, chaque région française présentera un lot. La région vainqueur se verra remettre un nouveau trophée, sorte de «bouclier de Brennus» de la Limousine.

 

La Montbéliarde fait son interrégionale

La Montbéliarde tiendra un concours interrégional dans le cadre du Sommet de l’élevage.

La fédération montbéliarde du massif central ouvre de nouveau la manifestation aux autres grandes régions d’élection de la race : Franche-Comté, Bourgogne et Rhône-Alpes. 144 des meilleurs specimens investiront la grande halle d’Auvergne. Ils démontreront toutes les qualités intrinsèques de la race : matière protéique, longévité, fertilité et qualité du lait.

En 2013, le concours national de la race Montbéliarde devrait se tenir dans le cadre du Sommet de l’élevage.

 

L’Eurobrune ne rate pas son rendez-vous

Après le succès du concours Eurobrune en 2009 au Sommet, la Brune sera de nouveau sous les projecteurs à Cournon, en particulier le vendredi 7 octobre. Cet événement est devenu une place majeure pour la race Brune, qui connaît notamment un développement dans la région. Le Cantal est désormais le troisième département en effectifs au plan national. La Brune en Europe est la 2ème race laitière spécialisée. Elle totalise plus de 600 000 vaches au contrôle laitier, et plus de 350 taureaux testés par an.

Cinq pays vont participer au concours européen de la race Brune, avec chacun 4 génisses gestantes : l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, la Suisse et bien sûr la France, pays organisateur.

 

Texel et Grivette s’affichent

Au cœur du nouvel espace ovins créé l’année dernière, les races Texel et Grivette organiseront leurs concours nationaux et le mouton Charollais son concours interrégional.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Cédric Mandin est éleveur en Vendée. Il est secrétaire général de la  Fédération nationale bovine.
« Eleveurs, retenez vos animaux pour peser sur les prix »
Malgré un bon niveau de consommation et d’export, les prix payés aux producteurs de viande bovine n’augmentent pas. Pour faire…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »
La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole