Aller au contenu principal

Le Sommet de l'élevage en vitesse de croissance

A l'occasion d'une conférence de presse, les organisateurs du Sommet de l'élevage ont dévoilé les temps forts de l'édition 2015, qui se déroulera les 7, 8 et 9 octobre à la Grande Halle d'Auvergne.

L'équipe du Sommet de l'élevage.

Jacques Chazalet et Fabrice Berthon, respectivement président et commissaire général du Sommet de l'élevage avaient le sourire mardi dernier. Une fois n'est pas coutume, le cru 2015 de la manifestation dédiée à l'élevage s'annonce sous les meilleurs auspices avec un taux de remplissage jamais égalé jusqu'à présent puisque le salon accueillera 1.315 exposants sur une surface globale de 75.000 m² d'exposition. Après deux ans de tractations avec les différentes collectivités locales, notamment avec le Conseil régional d'Auvergne, propriétaire du site de la Grande Halle d'Auvergne, le Sommet de l'élevage a finalement obtenu gain de cause et pourra proposer aux visiteurs, dès cette année, un espace d'exposition supplémentaire de 6.000 m². L'an prochain, le plateau d'exposition s'étoffera encore avec 25.000 m² en plus.

Avec de telles perspectives, l'évènement peut s'enorgueillir de viser haut. « Clermont-Ferrand doit devenir la capitale mondiale du commerce de l'élevage », n'hésite pas à annoncer clairement Fabrice Berthon. Si l'expansion est un signe encourageant, d'autres signaux pourraient faire de cet objectif une réalité. Parmi les 270 sociétés étrangères exposantes venues de 28 pays, cette année, le Sommet accueillera deux poids lourds du commerce de génétique animale venus de Hongrie et d'Australie. « C'est la première fois qu'ils viennent en France, et ils ont choisi le Sommet de l'élevage », se félicite Benoît Delaloy, responsable international du salon. Pour les visiteurs étrangers mais aussi français, il a concocté avec l'ensemble des partenaires des programmes sur-mesure de visites d'élevage dont les éleveurs sont friands. 35 visites sont programmées contre 28 l'an passé, avec un pré-tour de découverte de filières, le mardi 6 octobre. « La vraie plus value du Sommet de l'élevage, c'est de pouvoir faire découvrir aux visiteurs étrangers in situ les conditions réelles de l'élevage français », insiste Jacques Chazalet.

 

 

La belle rousse en concours national

 

Un sentiment largement partagé par Marc Gambarotto, directeur général de France Limousin Sélection. Maître d'oeuvre du concours national Limousin qui pour la troisième fois prendra ses quartiers du côté de la Grande Halle d'Auvergne, le directeur estime que le Sommet constitue une très belle vitrine pour l'élevage du Massif central. Si lors du premier national Limousin organisé au Sommet en 2004, certains éleveurs n'étaient pas convaincus, force est de constater que désormais ça se bouscule au portillon pour présenter des bêtes à Cournon. « Actuellement, nous avons 569 animaux déclarés qui pourraient participer au national, et nous n'avons que 386 places », souligne le responsable. Toujours ce manque criant d'espace, qui pourrait être résolu si les concours nationaux étaient délocalisés au Zénith, comme cela avait été le cas en 2009 avec la race salers et en 2010 avec la race charolaise. Une hypothèse pas impossible pour le président du Sommet de l'élevage : « On va essayer pour 2016 de revenir au Zénith, même si cela constitue une prouesse technique et un engagement financier conséquent ».

Outre le national Limousin, le Sommet en 2015 fera la part belle aux concours interrégionaux des races allaitantes mais aussi laitières. Du côté du pôle ovins, quatre concours spéciaux sont programmés : mouton Charollais, Ile de France, Texel et Rava ; un challenge génétique des « Rustiques d'Or » et une vente aux enchères de la race hampshire. Rendez-vous plébiscité par les éleveurs équins, le Sommet proposera différents concours interrégionaux avec au total 300 bêtes en compétition ou présentation.

Fidèle à sa volonté d'être à la pointe de l'actualité agricole, quelle soit de nature politique, technique, économique, règlementaire ou sociale, le salon accueillera vingt-cinq conférences. Autant dire que les trois jours du prochain Sommet de l'élevage s'annoncent d'ores et déjà bien rempli.

 

Sophie Chatenet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole