Aller au contenu principal

Le Sommet de l'Elevage aura bien lieu du 7 au 9 octobre

A la faveur d'une situation sanitaire plus sereine en France et fort de mesures solides pour garantir la sécurité de tous, le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage est maintenu à la Grande Halle d'Auvergne de Clermont-Ferrand début octobre.

Après la blonde d'Aquitaine, en 2019, l'aubrac organisera, cette année, son concours national au Sommet de l'Elevage.

Au lendemain du discours du Chef de l'Etat, et alors que l'étau sanitaire semble se desserrer sur la France, les organisateurs du Sommet de l'élevage ont confirmé, lundi, dans un communiqué de presse, la tenue de l'évènement les 7, 8 et 9 octobre indiquant toutefois « rester vigilants et travailler actuellement main dans la main avec les pouvoirs publics sur les mesures à mettre en place pour garantir la santé et la sécurité de tous nos participants ». Dans cette année 2020 si inédite, qui a conduit de nombreux évènements à renoncer, le Sommet fait figure de résistant puisqu'il sera « l'un des rares salons professionnels agricoles à se tenir cette année en Europe. Depuis la fin du confinement, nous enregistrons chaque jour un peu plus de demandes d'inscription de la part de nouveaux exposants », explique Fabrice Berthon, commissaire général du salon. Au 15 juin, le Sommet affichait ainsi un taux de remplissage de 90%. Sur le volet purement agricole, après deux années de sécheresse, l'évènement devrait s'ouvrir dans un contexte plus favorable : « Même si certains secteurs de l'élevage ont été impactés par la pandémie (dans les filières fromagères AOP notamment), cette année, le début de la récolte fourragère démarre sous de bons auspices. Cela nous laisse présager un contexte économique assez favorable et propice aux affaires à l'automne », estime Jacques Chazalet, président du Sommet.

Aubrac et simmental en vedette

Incontournable carrefour d'affaires, l'évènement se veut également la référence en matière de présentations animales. Du côté des rings, la race aubrac organisera son concours national avec ses 400 meilleurs spécimens en compétition et une vente aux enchères des meilleurs reproducteurs de la race le vendredi 9 octobre. Quinze races à viande bovines, dont cinq races étrangères, seront présentes dans le hall 3, en concours ou en présentation. Parmi les nouveautés à noter cette année, le retour de de la race italienne piémontaise. Côté bovins lait, la race simmental organisera un concours européen avec des vaches en provenance d'Allemagne, d'Autriche et de France. Sans compter les concours traditionnels des autres races (holstein, montbéliarde, brune, normande, jersiaise...). Chez les ovins, la race texel sera en tête d'affiche avec son concours national tandis que les races île de France, mouton charollais, suffolk et rava profiteront de l'événement pour organiser leurs concours interrégionaux. Tout comme les races ardennaise, comtoise, percheronne et bretonne du côté des équins. Reste que cette 29ème édition devrait être teintée d'une ambiance forcément particulière. A ce titre, on ignore pour le moment si les quelques 4 800 visiteurs étrangers venus de quatre-vingt dix pays pourront être au rendez-vous. « Nous espérons que d'ici l'été, la libre circulation reprenne entre tous les pays et plus particulièrement en Europe, d'où proviennent en grande majorité les visiteurs internationaux ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole