Aller au contenu principal

Le Sénat « forcé » de rejeter la proposition de loi

Le Sénat a décidé, mercredi 16 mai par 252 voix contre 22, de ne pas adopter la proposition de loi sur la revalorisation des pensions de retraites agricoles.

Le 16 mai, le gouvernement, comme le 7 mars dernier lors des premières discussions autour de ce texte devant la Haute assemblée, a une nouvelle fois demandé l’application de l’article 44-3 de la constitution dit de « vote bloqué », obligeant l’assemblée à ne se prononcer que par un seul vote en ne retenant que les amendements acceptés ou proposés par le gouvernement. Parmi ceux-ci, un amendement repoussant l’application de la réforme à 2020, et non 2018 comme dans le texte initial, afin de laisser le temps au gouvernement d’évaluer la compatibilité de la mesure avec la future réforme des retraites qu’il veut mettre en place. La proposition de loi prévoyait une revalorisation des retraites agricoles à 85% du SMIC, financée par une taxe sur les transactions financières à hauteur de 0,1 %.

Déposée à l’Assemblée nationale le 21 décembre 2016, la proposition de loi y avait été adoptée en février 2018 puis par la commission des affaires sociales du Sénat en mars de la même année. « Aujourd’hui, c’est la quasi-unanimité de la majorité des groupes politiques, à l’exception de la République en marche, qui est bafouée et c’est la dignité des retraités agricoles qui est niée», a réagi le groupe CRCE (communiste, républicain, citoyen et écologiste) au Sénat qui portait cette proposition de loi du député communiste André Chassaigne. De son côté, le sénateur LR du Puy de Dôme, Jean Marc Boyer, a souligné que cette proposition de loi constituait « un appel à la dignité pour nos agriculteurs ; un appel à la justice pour nos territoires ruraux ; un appel à l’équité et à la solidarité des parlementaires, pour des hommes et des femmes qui toute leur vie ont travaillé durement et se retrouvent, pour certains d’entre eux, à vivre en dessous du seuil de pauvreté ». Et de rappeler « les situations de détresse de nos anciens chefs d’exploitations agricoles désormais à la retraite, dont un sur trois touche une pension de moins de 350€ par mois et dont le niveau moyen est le plus faible des régimes ».

Nos agriculteurs délaissés et un Parlement muselé !

« Ainsi va le bon vouloir du Gouvernement et du Président de la République qui ont imposé un vote bloqué aux Sénateurs pour empêcher une revalorisation urgente des retraites agricoles pour nos anciens exploitants dans une situation précaire.

Nous nous sommes retrouvés mercredi soir (ndlr : 16 mai) devant l’alternative imposée par le Gouvernement lors de la discussion de la proposition de loi sur la revalorisation des retraites agricoles : c’est quand on le souhaitera, nous Gouvernement, peut-être un jour ou, c’est rien maintenant ! Et la quasi-majorité du Sénat qui souhaitait répondre à la détresse de nos agriculteurs retraités, s’est retrouvée à devoir refuser ce dictat de plus du Gouvernement en votant contre un texte détourné de sa finalité. »

Jean-Marc Boyer, Sénateur LR du Puy-de-Dôme

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.
Une chèvrerie au service de son éleveuse
A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Troupeau de moutons
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole