Aller au contenu principal

Le séchage en grange
Le séchage en grange, une technique de pointe pour des éleveurs

Les associés du Gaec Le Sapin d'Esclatine, à Sugères, ont opté pour le séchage en grange après avoir soigneusement examiné les avantages de cette technique.

Les éleveurs se disent satisfaits d'avoir opté pour le séchage en grange, qui allège leur travail, permet de vendre le lait un peu plus cher à leur laiterie.

Donner l’ensilage aux vaches laitières, représentait un travail ardu, «mangeur de temps» pour les associés du Gaec Le Sapin d’Esclatine en Livradois-Forez. «On devait procéder à la main car une dessileuse ne peut pas passer dans le bâtiment. Et comme on ne voulait pas en construire un nouveau…»

Jacques Béal raconte le cheminement qui l’a conduit avec Yvan Béal son associé depuis 2 ans, à choisir le séchage en grange. En effet, cette décision a été également largement motivée par le fait que leur laiterie, La Société Fromagère du Livradois à Fournols, «rémunère davantage le lait des vaches nourries avec du foin : 60 €/1000 litres en plus dans le cadre de leur accord avec Carrefour (Filière qualité Carrefour). Nous y avons vu un intérêt économique certain, et pensé que nous allions en moins de 10 ans rentabiliser notre investissement.»

Un projet pensé et préparé

Après en avoir entendu parler par d'autres confrères éleveurs, Yvan et Jacques se sont rendus sur plusieurs exploitations, «pour voir comment on procédait ailleurs. Nous en avons bien visité près d’une dizaine, situées à 50 km à la ronde ! »

Ils ont monté un dossier de financement avec l'appui de Fernand Oulion, conseiller d'entreprise à la Chambre d'agriculture/Pra Livradois-Forez. Ce dernier souligne : «nous n'avions pas prévu cette construction lors de l'installation d'Yvan. On a donc fait un avenant au projet d'installation.»

Grâce à ce dossier bien ficelé, remis en septembre 2010, le Gaec Le Sapin d'Esclatine a obtenu une aide qui a couvert près de 50% du coût total : «heureusement, car sinon nous n'aurions pas pu opter pour le séchage en grange. On a eu également un apport du Conseil général du Puy-de-Dôme donné pour favoriser le stockage de fourrages, ainsi que le PPE (Plan Performance Energétique) pour le séchage solaire.»

Les travaux ont débuté en janvier 2011, «nous avons fait beaucoup par nous-mêmes, mais on a fait appel bien sûr à des entrepreneurs du coin, pour l'électricité par exemple. Le 25 juin on mettait du foin dans la grange.»

Il est encore un peu tôt pour mesurer de façon précise les apports de la technique pour cette exploitation, «mais on voit déjà que le foin se révèle de qualité. Et on se soucie moins de savoir quand il faut le rentrer car il va pleuvoir.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole