Aller au contenu principal

Le séchage en grange, le nouvel atout des éleveurs ?

Le séchage en grange présente de nombreux avantages tant dans la gestion des surfaces que dans l’autonomie fourragère, pourtant peu d’éleveurs puydômois ont adopté cette pratique.

Le séchage en grange demande un investissement important et un parcellaire groupé freinant les installations.

Ils ne sont qu’une poignée d’éleveurs puydômois à avoir investi dans le séchage en grange. Cette technique présente pourtant de nombreux avantages, tant dans la gestion des surfaces en herbe que dans l’alimentation des animaux.

 

Une technique qui fait ses preuves

Le séchage en grange permet de récolter des fourrages de meil-leure qualité. La fauche de l’herbe est généralement plus précoce et le foin n’est pas séché au sol, préservant ainsi toute sa qualité, comme l’explique Stéphane Violleau du service fourrage à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. «Le premier séchage au champ ne dure pas plus de 48 heures, ce qui limite considérablement les pertes par rapport à un fourrage classique où l’herbe fauchée reste 3 voire 4 jours par terre.» Cependant, d’après le technicien, pour optimiser les bienfaits du séchage en grange, l’herbe doit avant tout être fauchée précocement. L’herbe jeune n’ayant pas encore épié, est riche de divers nutriments et pauvre en cellulose donc plus digestible pour les animaux. «Du fait que le fourrage ne sèche pas totalement dehors, les éleveurs n’ont pas besoin d’attendre qu’il y ait plusieurs jours de beau temps et de chaleur pour faucher. Réaliser une première coupe précoce (200°C de somme de température) est donc possible. L’uni-que contrainte à cette pratique est le manque de quantité, mais il est possible de la récupérer lors de la deuxième coupe.» Cette pratique présente aussi l’avantage de faciliter la gestion du parcellaire durant l’été en diminuant la concurrence entre les zones de pâture et de fauche. A partir de la fin du printemps et du début de l’été, la pousse de l’herbe connaît un ralentissement. Les fauches précoces et l’étalement des récoltes permettent de gagner du temps sur ce phénomène naturel. «L’herbe a été coupée plus tôt, elle bénéficiera donc d’un climat plus propice à sa repousse. En début d’été, elle sera toujours plus haute qu’une herbe fauchée tardivement. De ce fait, l’éleveur qui a fauché précocement aura davantage de possibilités pour l’agrandissement de ses pâtures pour pallier au manque d’herbe de la saison estivale.»

Le séchage en grange est un véritable booster de l’autonomie fourragère en garantissant un foin à haute valeur nutritive. Pourtant, la technique a du mal à séduire.

 

Des contraintes peu encourageantes

En cause, l’investissement élevé de l’installation mais aussi des parcellaires qui ne sont pas toujours adaptés. Selon Joël Leduc, animateur du Territoire Artense-Cézallier-Sancy, les éleveurs manquent également de repères quant à cette technique. «Le séchage en grange est très répandu dans les zones de production du Beaufort et du Comté, et ce, depuis longtemps. Dans le Puy-de-Dôme, les contraintes parcellaires sont plus importantes. Il est difficile dans certains secteurs d’avoir des îlots proches de l’exploitation. De plus, le prix à l’investissement (environ 300 000 €) n’est pas encourageant malgré les retours sur investissements à moyen terme. Avoir des fourrages de qualité représente des achats de concentrés en moins. Les éleveurs ayant adopté le séchage en grange sont très satisfaits. Leurs travaux de fenaison sont assouplis et leurs animaux en meilleure santé. Je pense qu’aujourd’hui les esprits changent. Beaucoup d’éleveurs n’ont plus la culture de l’herbe. Ils préfèrent faire du maïs qui offre de meilleurs rendements. Ce qui explique pourquoi les séchages en grange sont peu pratiqués dans le département.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole