Aller au contenu principal

Le rongeur désigné «persona non grata» dans le Puy-de-Dôme

Un nouvel arrêté préfectoral rend désormais obligatoire la lutte contre le nuisible sur certaines communes du département

La lutte collective sera la plus efficace.

La présence des campagnols sur les prairies est un phénomène récurrent depuis près de 25 ans, y compris dans le Puy de Dôme où cette année la pullulation dépasse les limites du supportable pour bon nombre d’agriculteurs de moyenne montagne, là où le rongeur a élu domicile. Au cours des dernières décennies les dégâts sont devenus plus fréquents et plus importants avec une augmentation de leur intensité et de leur superficie. La production d’herbe est, selon les secteurs, fortement impactée aussi bien en quantité qu’en qualité.

 

Des pertes fourragères

L'incidence sur la qualité des fourrages est liée à la présence de terre dans les fourrages ; cela est préjudiciable à leur consommation et à leur conservation, surtout sous forme humide. D’autre part, la contamination par la terre, accentuée en période pluvieuse, favorise l'accroissement de la flore butyrique du lait, préjudiciable à la fabrication fromagère. Ces pertes de quantité et de qualité des fourrages vont alors se traduire par une forte augmentation des achats d'aliment qui ne sont pas toujours compatibles avec les cahiers des charges de production, en particulier ceux des fromages d'Appellation d'Origine Contrôlée (AOC).

 

Obligation de lutte collective

Face à une forte pullulation cette année et afin d’assurer la maîtrise des populations de campagnol terrestre, Michel Fuzeau, Préfet du Puy-de-Dôme, a signé le 28 octobre dernier un arrêté portant sur l’obligation de lutte contre le campagnol terrestre sur certaines communes du département du Puy-de-Dôme (voir liste page 4). «La Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles (Fredon) est chargée de l’organisation et de la mise en œuvre de cette lutte, sous le contrôle de la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt d’Auvergne (Draaf)» précise l’arrêté préfectoral.

Concrètement, les exploitants agricoles dont les parcelles sont situées dans une zone ciblée par l’arrêté doivent s’engager dans un plan d’actions, appliquer et respecter les consignes transmises par la FREdon-FDGdon ou la structure ayant mis en place localement le suivi de la lutte. Ils doivent par ailleurs s’assurer de la surveillance de leurs parcelles et appliquer au moins deux méthodes de lutte alternative autorisées.

Des contrats et des formations

L’arrêté ne prévoit pas de sanctions à l’encontre de ceux qui refuseraient de participer à la lutte collective. «En revanche, les agriculteurs qui s’engagent dans le cadre d’un contrat, à mettre tout en œuvre pour lutter contre le nuisible sur les parcelles stratégiques de l’exploitation, pourront prétendre au bénéficie du FMSE(1) » explique Sandrine Laffont, ingénieur à la FDGdon du Puy-de-Dôme. L’agriculteur pourra ainsi être remboursé des frais liés à la lutte (achat de produits et d’outils) et bénéficier de l’aide administrative et technique de la FDGdon. Les contrats permettant de bénéficier du FMSE sont de trois niveaux selon que l’engagement est de 1 an, 3 ans ou 5 ans. Parallèlement à cette incitation contractuelle, la FDGdon 63 propose aux exploitants plusieurs sessions de formation « pour mieux appréhender les stratégies de lutte contre les campagnols terrestres». Réglementation, boîte à outils, mise en œuvre des moyens… autant de questions qui seront traitées à l’occasion de ces journées (lire encadré). « Face à la forte recrudescence des dégâts constatée cette année sur le département, il est indispensable qu’un maximum d’agriculteurs se mobilisent dans le plan de lutte» souhaite Sandrine Laffont.

 

(1) Fonds national agricole de Mutualisation Sanitaire et Environnementale

 

Campagnols terrestres : S’approprier la stratégie de lutte intégrée et développer des initiatives locales

Cet automne, la FDGdon 63 vous propose des formations (financées par le fonds VIVEA) pour mieux appréhender les stratégies de lutte contre les campagnols terrestres.

Les objectifs de ces formations sont d’améliorer ses connaissances sur les campagnols et taupes, s’approprier les méthodes de lutte et la règlementation qui les encadre, comprendre le mécanisme des pullulations, savoir faire le diagnostic de son exploitation, savoir s’appuyer sur le FMSE (Fonds de Mutualisation Sanitaire et Environnemental) pour financer son implication dans les luttes intégrées et collectives

Coût : Gratuit pour les contributeurs VIVEA, 140 € pour les autres

Durée : 7 heures (de 9 h à 17 h)

Intervenant : Sandrine Laffont, ingénieur FDGDON 63

Inscription : obligatoire (au plus tard 10 jours avant la date de formation) au 04.73.42.14.63. Bulletin d’inscription sur : www.fredon-auvergne.fr

Lieux et dates des prochaines formations :

- Besse et St Anastaise : jeudi 12 novembre

- Gelles : jeudi 19 novembre

- St Sauves : mardi 24 novembre

- Sauvagnat Près Herment : mardi 1er décembre

- Echandelys : mardi 8 décembre

- Bagnols : mardi 15 décembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole