Aller au contenu principal

Interview
"Le renouvellement des générations est l'affaire de tous"

Emmanuel Marcel, directeur de la section Covido-Bovicoop interviendra le 16 novembre prochain à Saint-Gervais- d’Auvergne, à l'occasion d'une journée sur la transmission organisée par la Chambre d’agriculture.

Le mois de la transmission est lancé dans le Puy-de-Dôme où, du 16 novembre au 16 décembre, plusieurs rendez-vous sont programmés.

Le 16 novembre prochain aura lieu à Saint-Gervais-d’Auvergne, à partir de 9h30, une demi-journée d'information pour les agriculteurs de plus de 55 ans et les jeunes porteurs de projets. Durant cette rencontre organisée par la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, Emmanuel Marcel, directeur de la section Covido-Bovicoop interviendra pour évoquer l'avenir de la filière bovine allaitante. 


La section Covido-Bovicoop compte environ 800 adhérents. Quelle est la moyenne d'âge ?
Je ne saurais le dire précisément. Nos adhérents suivent cependant les statistiques nationales : une bonne moitié d'entre eux a plus de 50 ans. Participer à des journées comme celle-ci, orientée vers la transmission des exploitations et l'installation des jeunes, est primordial pour la coopérative et la filière bovin viande. Sans élevage, il n'y aurait pas de coopérative et pas de filière ! Tous les maillons, de l'amont à l'aval, sont liés. Le renouvellement des générations est un enjeu fort pour maintenir l'activité de chacun ainsi que la vie sur nos territoires. Sans quoi, d'ici quelques années, nous ne serons plus en mesure de répondre à la demande nationale. Si nous ne parvenons pas à produire suffisamment en France, l'importation sera inévitable et je pense que la société n'est pas prête à consommer de la viande provenant de l'autre bout du monde.


Pourtant cette même société ne cesse de pointer la viande du doigt et d'inciter à réduire sa consommation. Cette tendance peut-elle avoir un impact sur l'avenir de la filière ?
Nous vivons quotidiennement avec ce fond sonore disant qu'il faut réduire sa consommation de viande... Cela a surtout un impact sur les jeunes candidats à l'installation. Ils sont souvent démoralisés face à ce discours et cela ne les encourage pas à entamer un projet de production allaitante. Face à ce phénomène, nous devons nous tous, acteurs de la filière, promouvoir notre modèle de production auprès du grand public et de nos jeunes. Nous devons leur rappeler que nos animaux pâturent dans des prairies qui puisent le carbone et non dans des feedlots dépourvus d'herbe.


Que fait la coopérative pour favoriser la reprise des exploitations, l'installation des jeunes et maintenir la production ?
La coopérative investit dans les outils avals de la filière tels que les abattoirs. Nous accompagnons les éleveurs sur le plan technique pour optimiser leurs charges de production. Nous soutenons financièrement leurs travaux bâtiments ou encore l'achat de génétique. Cependant, cela ne suffit plus. Les jeunes attendent davantage de garanties, notamment à travers la contractualisation et un prix couvrant à la fois leurs charges de production et leur rémunération. Ce prix, déconnecté quelque peu des marchés, inverse également les relations puisque la prise de risque repose principalement sur la coopérative. En contrepartie, cette contractualisation sera réalisable uniquement sur les animaux conformes aux attentes des clients. Nous ne pourrons pas contractualiser tout le monde dans un premier temps mais peut-être à l'avenir cela sera-t-il possible. Nous croyons beaucoup en la segmentation des marchés où nous avons davantage de moyens de négociations. La production bovine allaitante n'a pas dit son dernier mot. Il y a encore beaucoup de choses à bâtir, à faire évoluer, progresser mais cela sera uniquement réalisable si la production se maintient et les jeunes s'installent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole