Aller au contenu principal

« Le rendement et la viabilité de certaines parcelles sont en péril »

Comme les blés, les maïs semences de Limagne ont subi une conjoncture climatique en défaveur de leur croissance. Le potentiel de rendement de certaines parcelles est déjà lourdement impacté.

Les maïs semences, comme les blés, ont subi un enchaînement agro-climatique qui n’a pas joué en leur faveur.

Chaud, froid, sécheresse, orages, irrigation diminuée, ravageurs à plumes noires… Comme pour les blés, l’enchaînement des aléas climatiques de 2019 malmène les maïs semences. Pas un seul des 6 025 ha ensemencés n’a été épargné laissant d’ores et déjà présager un rendement impacté. « Le moral est morose dans la plaine » témoigne Régis Rougier, président du Syndicat des Producteurs de Maïs Semences.

Les ennuis dès le semis

Dès le printemps, la campagne a mal débuté. Le froid glacial d’avril et la sécheresse des sols ont retardé les semis de près de 10 jours. «Quasiment tous les producteurs ont semé en même temps la première semaine de mai. » La nature des sols et l’orientation des parcelles provoqué dans ce contexte de faible pluviométrie, une levée hétérogène des femelles. Quelques semaines plus tard, les semis des maïs mâles n’ont pas connu le froid mais un autre élément perturbateur : les corbeaux. Régis Rougier l’assure : «nous n’avons jamais vu des attaques d’une telle ampleur dans la Limagne ». L’agriculteur témoigne avoir observé dans un même champ jusqu’à 200 corbeaux. Les oiseaux ont suivi bien évidemment les raies de semis et ingurgité grain après grain. « À Ménétrol, un agriculteur a resemé une parcelle de 7 hectares suite aux dégâts ! » Le contexte climatique est-il la cause de cette charge hostile ? Régis Rougier s’interroge davantage sur la « suppression d’un traitement de semence contenant un répulsif pour les corbeaux ». La suspension d’utilisation d’une autre molécule serait également la cause de la recrudescence cette année des attaques de taupins.

La sécheresse encoreet toujours

La sécheresse reste néanmoins le principal facteur limitant de la culture. Dès le semis, les maïs ont souffert du manque d’eau. « Ils sont de petite taille » précise l’agriculteur. Les conséquences sont plus ou moins importantes selon les secteurs. Les producteurs accusant une faible disponibilité de l’irrigation, voient leurs maïs lourdement impactés. « Certaines parcelles sont dans un stress hydrique très fort et qui dure depuis longtemps. Le rendement et la viabilité de certaines parcelles sont en péril. » Quant aux producteurs non limités dans leur irrigation, le « potentiel de leur culture devrait être maintenu » à condition toutefois « qu’il n’y ait pas de restriction d’usage de l’eau ».

Dernière ligne droite

Cette sécheresse est donc vécue différemment selon les secteurs mais personne n’échappe à la canicule. Les températures quasi « saharienne » du mois de juin auront eu un impact sur les maïs semences, bien qu’il soit encore difficilement chiffrable. « Cet épisode a eu lieu durant l’initiation florale des maïs. Nous ne connaissons pas les conséquences exactes de telles chaleurs sur la production. Le risque est d’avoir un nombre d’épis/plante moins important. » Désormais, tout repose sur la fécondation mais là encore rien n’est gagné puisque les maïs ont besoin d’eau pour l’enclencher. « Il nous faudrait de la pluie ou un orage, sans grêle, dans les 10 jours. » Si le soleil est le meilleur antidépresseur de certains, la pluie est celui des agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole