Aller au contenu principal

Conseils
Le projet bâtiment étape par étape

 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en passent la porte.

Bâtiment d'élevage

La construction d'un bâtiment d'élevage est la réalisation d'une carrière d'éleveur d'où l'importance de bien réflechir avant d'en poser la première pierre. "Deux ans sont en moyenne nécessaires" selon Thierry Roche, conseiller à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, entre la réflexion et l'aboutissement complet d'un tel projet. Avant de se lancer, "l'éleveur doit également s'assurer d'avoir le budget nécessaire à la réalisation [...] les aides, même avantageuses, ne font pas tout" recommande Stéphane Berthin, conseiller bâtiment à l'EDE.


Anticiper et se projeter


La première étape, celle de l'ébauche, est entièrement dévolue à l'éleveur.  "Le maître mot d'un tel projet est ANTICIPATION" martèle Thierry Roche. Le conseiller insiste sur l'importance de se donner du temps pour réflechir quoi construire et surtout comment.
Dans un premier temps, un conseiller de la Chambre ou de l'EDE réalisera un diagnostic global de l'exploitation. Il évaluera les besoins de cette dernière tout en tenant compte des infrastructures existantes. "Il doit y avoir une cohérence entre l'ancien et le neuf. Cet état des lieux est obligatoire pour ensuite prétendre aux aides PCAE(*)."
Vient ensuite la définition et la faisabilité du projet. Stéphane Berthin prend alors le relais. Conseiller bâtiment à l'EDE, il accompagne les éleveurs dans la conception de leur bâtiment. "Le coût d'un bâtiment peut varier du simple au triple selon la nature du terrain ou du type de bâtiment choisi. Je recommande aux éleveurs de réflechir au coût de ce dernier mais aussi à ses charges de fonctionnement." Stéphane Berthin fait allusion à la consommation de paille. Une aire paillée est moins coûteuse qu'une fosse mais le surcoût de cette dernière est "rentabilisé entre 10 et 15 ans", selon les cours de la paille. Le conseiller dimensionne aussi le bâtiment selon la taille du troupeau, les périodes de vêlages et le format des vaches. "Entre des Aubracs et des Charolaises la carrure est différente."  Une attention particulière est également apportée à la ventilation, la sécurité des usagers et leur confort de travail.


PCAE, l'aide qui mérite de s'y pencher


Une fois les grandes lignes de son bâtiment définies, l'étude de faisabilité économique vient compléter le projet. "Un bâtiment est le projet d'une carrière. Il faut s'assurer que l'équilibre entre l'investissement et les ressources de l'exploitation soit maintenu" explique Thierry Roche. Vient ensuite la réalisation d'un "Dexel Etat des lieux" où l'ensemble de l'exploitation est passé au crible pour s'assurer du respect des normes en vigueur. "Cela concerne surtout la gestion des effluents d'élevages." Dans le même temps, plusieurs devis sont réalisés auprès des différents fournisseurs et artisans grâce auxquels un devis d'approche est finalisé. Le permis de construire est également déposé à ce moment là. Ce n'est qu'au terme de ces différentes démarches, que le dossier de demande de subvention sera déposé.
Le PCAE subventionne les projets d'un montant d'investissement minimum de 30 000€ jusqu'à 250 000€ par chef d'exploitation. Chaque année dans le département, un peu plus d'une centaine de projets sont aidés à hauteur de 30-35% en moyenne. Le taux d'aide varie, à la hausse ou la baisse, en fonction de chaque bâtiment et du nombre de points obtenus. "Un JA en zone de montagne, en agriculture biologique ou sous signe officiel de qualité qui construit un bâtiment et qui n'a pas fait de demande PCA dans les cinq dernières années, aura un nombre de points importants définissant un taux d'aide en conséquence." Les appels à projet pour prétendre à cette subvention, se déroulent deux fois par an. Il faut donc compter un délai de presque six mois entre le dépôt et l'accord définitif. Les travaux débuteront à l'issue de cette décision.
"Deux années sont nécessaires" entre le début du projet et l'entrée des animaux dans le bâtiment. Un pas de temps qui peut paraître long mais indispensable à la construction de sa réflexion et de son projet. Thierry Roche et Stéphane Berthin invitent les éleveurs à "visiter des bâtiments et contacter leur conseiller d'entreprise" pour structurer leur projet.

(*) Plan de Compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole