Aller au contenu principal

Écotaxe
Le Premier ministre annonce une suspension de l’écotaxe poids lourds

Suite à la mobilisation des agriculteurs, en particulier, les bretons, le gouvernement se donne le temps de la réflexion avant d’appliquer l’écotaxe poids lourds.

Portique bâché sur une route normande, dans le cadre des manifestations contre la mise en place de l’écotaxe.

Alors que le dispositif est en place sur la quasi totalité des 15 000 km du réseau routier concerné, pour un coût de l’ordre de 650 millions d’euros, alors que plusieurs sociétés ont investi pour munir leur parc de véhicules d’équipement électronique embarqué, équivalent d’un GPS… le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé ce mardi, la suspension de la mise en place de l'écotaxe poids lourds qui devait être appliquée dès janvier 2014. Lors d'une déclaration à Matignon, il a précisé que cette décision a été prise «pour nous donner le temps nécessaire à un dialogue aux niveaux national et régional». Cette suspension est sans limite de durée.

 

La mobilisation a payé

Cette décision s’inscrit dans un contexte de mobilisation, notamment des agriculteurs à l’appel de la FNSEA qui avait organisé une journée de protestation le 22 octobre.La mobilisation était particulièrement forte en Bretagne.D’autres actions avaient suivi.

Au-delà des agriculteurs, l’écotaxe suscite aussi beaucoup de rejet dans un climat national où la pression fiscale est désapprouvée par la population. Rappelons que cette écotaxe a été inscrite sous l’ancien gouvernement, en 2009, dans la loi du Grenelle de l’Environnement. «L’écotaxe vise à instaurer un cercle vertueux : dans une logique écologique, c'est un signal prix pour inciter à modifier les comportements en faveur de modes de transport plus durables ; elle permet aussi de faire payer l’usage des routes par l’utilisateur réel, tout en dégageant des recettes pour financer les infrastructures de transport, notamment le rail et le transport fluvial. Comme elle concerne aussi les camions vides, elle est dissuasive et incitera les transporteurs à rationaliser leurs tournées» comme on peut le lire sur le site www.developpement-durable.gouv.fr

1,15 milliard d’euros par an

Elle concerne tous les poids lourds de transport de marchandises, vides ou chargés, dont le poids est supérieur à 3,5 tonnes.Payée par les transporteurs routiers, elle est répercutée sur les chargeurs, c'est-à-dire ceux qui commandent la prestation de transports. L’écotaxe est prélevée par un système de péage immatériel et sans barrière. Sur les routes concernées seront définis environ 4 100 points de tarification, dont le franchissement entrainera la facturation de la section correspondante, d'environ 4 kilomètres.

D’ici janvier 2014, les 600 000 poids lourds concernés devaient être dotés de boîtiers GPS qui permettraient de détecter automatiquement le passage de ces points de tarification. Pour un coût moyen de 13 centimes par kilomètre, le système devait rapporter 1,15 milliard d'euros par an…

«La taxe de trop»

Les agriculteurs, à l’instar de la FNSEA, ont vu dans cette taxe «la taxe de trop».Dans un communiqué le syndicat agricole majoritaire demandait l’ajournement de cette écotaxe ; demande argumentée en 5 points.C’est «une nouvelle charge pour nos fermes et nos filières que nous ne pourrons pas répercuter à l’aval», une charge «5 à 6 fois supérieure pour un produit français, comparé au même produit venu d’ailleurs».Cette taxe serait «supportée surtout par les produits de proximité… pour financer l’évolution des modes de transports des produits de grand transit, donc d’importation», et dans l’agriculture et l’agroalimentaire la taxe transport c’est : «un avantage compétitif de plus pour les produits importés face à ceux de proximité», et de «la valeur ajoutée, de l’emploi en moins dans nos territoires». enfin, c’est «une pénalisation des zones à faible densité de production face à celles qui seront plus spécialisées».

Aujourd’hui, Xavier Beulin, président de la FNSEAse félicite de cette décision gouvernementale qui va dans le sens souhaité.Il s’engage à participer au dialogue proposé par le Premier ministre mais «refuse et refusera toujours une application qui fragilise l’agriculture et l’agroalimentaire et pénalise les territoires ruraux». La FNSEA n’est pas «contre le principe mais contre l’application de l’écotaxe telle qu’elle était définie jusqu’à présent».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole