Aller au contenu principal

Le plan Loup 2018-2023 officiellement publié par le ministère le 19 février

Le gouvernement a adopté le nouveau « plan loup» 2018-2023. Si 40 canidés pourront être abattus d'ici fin 2018, l'exécutif veut augmenter la population à 500 spécimens en 2023.

A près un an et demi de travail, le nouveau « plan loup » a été adopté par le gouvernement. Le texte prévoit notamment l'autorisation d'abattre 40 loups maximum sur la période du 1er janvier au 31 décembre 2018. Mais il entend également pérenniser la présence du loup en France et prévoit une population de 500 individus dans le pays d'ici 2023 contre environ 360 actuellement. Le plafond d'abattage de 40 spécimens - calé sur l'année civile et non plus de juillet à juin - pourra être « actualisé une fois connus les chiffres de la population au printemps, pour être porté à 10% de l'effectif moyen de la population à partir de 2019 », précise ce texte. « Dans l'hypothèse où ce plafond serait atteint avant la fin de l'année civile, le préfet coordonnateur aura la possibilité d'activer l'autorisation de tirs de défense additionnels dans la limite de 2 % supplémentaire» ajoute le Plan. En cas de situation exceptionnelle « le préfet coordonnateur pourra autoriser les tirs de défense simple au-delà de ce plafond pour que les éleveurs puissent se défendre toute l'année ».

Le plan prévoit par ailleurs de conditionner les indemnisations des éleveurs victimes des prédations du loup, à la mise en place préalable de mesures de protection : bergers pour le gardiennage, chiens, parcs électriques.

 

Les éleveurs réclament un « droit légitime à défendre leur troupeau »

 

Pour Claude Font, secrétaire général adjoint de la FNO, « force est de constater qu’il n’y a pas d’évolution notable par rapport à la dernière version » qui avait causé tant de remous dans la profession agricole. « L’objectif de 500 loups restent le même. Il n’y a pas de traitement différencié entre les territoires, etc. Nous sommes déçus et il reste encore beaucoup de zones d’ombre ».

« Notre inquiétude, c'est qu'il faudra l'accord du préfet coordonnateur pour dépasser la limite des 40 loups autorisée quand il y a une attaque », a réagi la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

Pour l’association des maires de la Drôme « tout cela démontre bien le mépris avec lequel les instances nationales et parisiennes font fi de l’avenir de nos territoires qu’ils considèrent comme des terrains de jeux sans avenir économique (…) Dans quelques années, on ira voir les agneaux dans les écomusées et les éleveurs au musée Grévin. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole