Aller au contenu principal

EDE - Conseil  élevage
Le plan de sélection des femelles : une aide pour la mise en place des objectifs d’élevage

Les conseillers disposent d’une application smartphone pour réaliser le pointage des femelles.

L’application smartphone facilite le travail de pointage, phase clé du plan de sélection.

Le plan de sélection est une étape importante dans la stratégie d’élevage. C’est un moment qui permet de mener une réflexion sur la stratégie globale du renouvellement. De combien de femelles ai-je besoin ? Quels sont les animaux à sortir, à conserver ? Quelle utilisation de la semence sexée ou du croisement industriel ?
Dans la majorité des cas, la visite est faite en collaboration avec l’inséminateur. L’intérêt est de définir les objectifs d’élevage, de déterminer le nombre nécessaire de reproductrices et de les pointer. Cela permet d’accoupler ces animaux et de faire le choix des semences à utiliser en fonction des objectifs fixés.

Un lien fort au taux de renouvellement

Le plan de sélection n’est pas simplement synonyme d’améliorations génétiques, c’est aussi l’occasion de gérer le taux de renouvellement. En effet, cela permet d’anticiper le nombre de génisses à naitre. Ce nombre résulte d’un compromis entre le nombre de primipares dans le troupeau, les capacités en travail des éleveurs et de places en bâtiment.
De là, en découle le nombre de femelles à accoupler en race pure ou en croisement.
Dans le cas d’exploitation sans problèmes de reproduction importants, pour obtenir une génisse de renouvellement, il faut prévoir 3 femelles à mettre en race pure en première insémination (si pas d’IA sexée) avec une mortalité des veaux voisine de 10%. Avec 25% de sexage, il faut compter 2 femelles à inséminer en race pure. Une fois  les vaches choisies pour féconder en race pure, il faut réaliser du croisement industriel.
Des génisses bien élevées se conduisent en lot, c’est fondamental pour donner à chaque génisse la possibilité de suivre une croissance optimale et de devenir une future vache avec une bonne longévité.
S’il y a utilisation de doses conventionnelles ou taureaux, il faut compter un sex-ratio de 50% femelle, 50% mâle.
S’il y a utilisation de doses sexées uniquement, il faut prévoir environ 5% de doses de plus que de velles souhaitées.

Répondre aux objectifs de sélection

La priorité pour l’éleveur consiste à définir la stratégie d’élevage pour orienter le profil de son troupeau. L’éleveur peut souhaiter des animaux productifs en lait, ou avec des bonnes morphologies,  ou encore avec un profil plus équilibré entre la productivité et la santé.
Après avoir défini ses objectifs, l’éleveur devra caractériser au sein même de son troupeau, les points forts et les points à améliorer. En plus du bilan génétique qui apporte une vue globale et qui permet de se situer par rapport à la moyenne de la race et aux autres éleveurs, le pointage individuel des femelles apporte des précisions sur les marges de progrès.
Pour faciliter la saisie du pointage, Conseil élevage a développé une application smartphone pour réaliser ce pointage. Cette application permet une recherche de l’animal plus rapide.
Les principaux éléments connus de chaque femelle figurent sur l’écran : index, production, repro, santé. Le principe est de définir les trois grands défauts de chaque animal à corriger lors de l’accouplement et aussi de déterminer quel type de semences utiliser (doses sexées, mère donneuse, insémination race pure, race à viande).
Toutes ces données seront transférées dans l’écran " sélection des femelles " de Mil’Klic et dans le dossier animal, facilitant ainsi la réalisation du plan d’accouplement.
Ensuite, l’inséminateur propose un ou deux taureaux pour chaque femelle, en tenant compte de la consanguinité. Avec l'arrivée de la génomique, le nombre de taureaux reproducteurs a considérablement augmenté et il est aujourd’hui quasi impossible de connaître l’ensemble de l’offre génétique.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pascal Coste l’un des aiguillons agricoles de Valérie Pécresse
Encore peu évoqués jusqu’à présent, les sujets agricoles semblent enfin sortir de l’ombre dans la campagne présidentielle. L’…
Âgé de 16 ans, Sacha Guissez a été élu Mister Agri Junior 2022 et porte fièrement les valeurs transmises par ses parents et les couleurs de sa région.
Mister Agri Junior est puydômois !
Sacha Guissez a été élu, en décembre dernier, Mister Agri Junior et porte fièrement les couleurs de son futur métier et de sa…
Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.
"Une belle victoire pour la filière légumes"
Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.
Meilleurs voeux

Toute l'équipe d'Excepto et de l'Auvergne Agricole vous souhaite leurs meilleurs voeux pour 2022 !

Sébastien Vidal, nouveau président de Limagrain
« Sécurisons d’abord la production avant de sécuriser nos outils industriels »
La coopérative Limagrain porte à sa présidence Sébastien Vidal, succédant à Pascal Viguier, en poste depuis 2018.  
Lors de son allocution, Patrick Bénézit a assuré la mise en place prochaine d'un soutien, via les Chambres d'agriculture et les syndicats agricoles, pour aider les éleveurs à remplir leurs contrats.
La FNB rassure les éleveurs et les encourage à reprendre la main
La FNB et les syndicats agricoles puydômois ont donné rendez-vous aux éleveurs allaitants le 20 décembre dernier pour répondre à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole