Aller au contenu principal

France Terre de lait
Le plan de filière ambitionne une meilleure rémunération pour tous

Le plan de filière France Terre de Lait a été présenté aux membres du Criel Alpes Massif central, à Feurs, dans la Loire, par la directrice du CNIEL, Caroline Le Poultier.

Le plan de filière France Terre de Lait a été présenté aux membres du Criel Alpes Massif central par la directrice du CNIEL, Caroline Le Poultier

Redonner de la valeur au travail de chacun, et se réunir autour d’un socle commun d’objectifs, telle est l’idée qui a présidé à l’émergence de France Terre de Lait. « Cette démarche de partage de valeurs, d’engagements réciproques et de communication positive était dans les limbes de la filière depuis quelques années. Elle s’est incarnée à l’occasion de la structuration des plans de filière, issus des Etats Généraux de l’Alimentation », a expliqué Caroline Le Poultier, directrice du Cniel, à l’occasion de sa venue dans la région, mardi dernier, à Feurs. Pour cette première présentation du plan de filière en région, un état des lieux a été réalisé par le directeur du Criel, Alain Plan sur les forces laitières en présence à l’échelle du vaste territoire Alpes-Massif central. Une terre de lait, incontestablement, avec un peu plus de 460 000 vaches laitières réparties dans 11 000 exploitations. Mais une terre qui souffre aussi, avec une érosion des vocations d’éleveurs et un décrochage des volumes qui commence à apparaître, en particulier en zone de montagne qui concentre 85% des exploitations laitières du territoire. Ainsi, entre 2008 et 2018, les massifs du Jura, des Alpes et du Massif central ont perdu entre 19 et 47% de leurs éleveurs laitiers.


Jouer le jeu collectivement


« Quand on regarde la pyramide des âges, l’érosion lente de la production va s’accélérer. Depuis 2000, le niveau de production français, toutes productions confondues n’a jamais été aussi faible », a alerté David Chauve, éleveur laitier et président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. La vigilance s’impose donc à tous les maillons de la filière, selon Jean-Claude Rabany, président du Criel, qui estime que l’heure est venue « de relayer des messages positifs et porteurs d’avenir ». Pour Stéphane Joandel, l’avenir passera d’abord par une plus juste rémunération des producteurs : « Nos transformateurs, nos industriels et nos coopérateurs doivent être au rendez-vous. J’ose espérer que les choses vont changer. La première des phases c’est la valorisation du prix du lait payé aux producteurs, sans charges supplémentaires. Ne nous attachons pas des boulets et valorisons déjà ce que l’on fait de bien ». Assorti de quatre axes dits de performance, le plan de filière France Terre de lait positionne la création de valeur au sein de la filière en pôle position, avec la volonté que 55% des fermes rémunèrent leurs exploitants au-delà du salaire médian à l’horizon 2025, contre 36,2% en 2018 (sources Rica et Idèle). Trois autres axes sont déployés : un axe de performance sanitaire pour garantir un haut niveau d’hygiène et de qualité des produits laitiers ; un axe de production et transformation durable, notamment pour le bien-être animal et l’environnement ; et un axe de performance alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole