Aller au contenu principal

France Terre de lait
Le plan de filière ambitionne une meilleure rémunération pour tous

Le plan de filière France Terre de Lait a été présenté aux membres du Criel Alpes Massif central, à Feurs, dans la Loire, par la directrice du CNIEL, Caroline Le Poultier.

Le plan de filière France Terre de Lait a été présenté aux membres du Criel Alpes Massif central par la directrice du CNIEL, Caroline Le Poultier

Redonner de la valeur au travail de chacun, et se réunir autour d’un socle commun d’objectifs, telle est l’idée qui a présidé à l’émergence de France Terre de Lait. « Cette démarche de partage de valeurs, d’engagements réciproques et de communication positive était dans les limbes de la filière depuis quelques années. Elle s’est incarnée à l’occasion de la structuration des plans de filière, issus des Etats Généraux de l’Alimentation », a expliqué Caroline Le Poultier, directrice du Cniel, à l’occasion de sa venue dans la région, mardi dernier, à Feurs. Pour cette première présentation du plan de filière en région, un état des lieux a été réalisé par le directeur du Criel, Alain Plan sur les forces laitières en présence à l’échelle du vaste territoire Alpes-Massif central. Une terre de lait, incontestablement, avec un peu plus de 460 000 vaches laitières réparties dans 11 000 exploitations. Mais une terre qui souffre aussi, avec une érosion des vocations d’éleveurs et un décrochage des volumes qui commence à apparaître, en particulier en zone de montagne qui concentre 85% des exploitations laitières du territoire. Ainsi, entre 2008 et 2018, les massifs du Jura, des Alpes et du Massif central ont perdu entre 19 et 47% de leurs éleveurs laitiers.


Jouer le jeu collectivement


« Quand on regarde la pyramide des âges, l’érosion lente de la production va s’accélérer. Depuis 2000, le niveau de production français, toutes productions confondues n’a jamais été aussi faible », a alerté David Chauve, éleveur laitier et président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. La vigilance s’impose donc à tous les maillons de la filière, selon Jean-Claude Rabany, président du Criel, qui estime que l’heure est venue « de relayer des messages positifs et porteurs d’avenir ». Pour Stéphane Joandel, l’avenir passera d’abord par une plus juste rémunération des producteurs : « Nos transformateurs, nos industriels et nos coopérateurs doivent être au rendez-vous. J’ose espérer que les choses vont changer. La première des phases c’est la valorisation du prix du lait payé aux producteurs, sans charges supplémentaires. Ne nous attachons pas des boulets et valorisons déjà ce que l’on fait de bien ». Assorti de quatre axes dits de performance, le plan de filière France Terre de lait positionne la création de valeur au sein de la filière en pôle position, avec la volonté que 55% des fermes rémunèrent leurs exploitants au-delà du salaire médian à l’horizon 2025, contre 36,2% en 2018 (sources Rica et Idèle). Trois autres axes sont déployés : un axe de performance sanitaire pour garantir un haut niveau d’hygiène et de qualité des produits laitiers ; un axe de production et transformation durable, notamment pour le bien-être animal et l’environnement ; et un axe de performance alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole