Aller au contenu principal

Echanges
Le photovoltaïque à la croisée des crises et des débats

Alors que la pose de panneaux solaires sur les toits des bâtiments agricoles est désormais acquise, le développement de l'agrivoltaïque reste davantage controversé.  

L’installation de panneaux sur les toitures reste pertinente et se conjugue aujourd’hui avec une demande croissante d’un système en autoconsommation.

Dans la seconde partie de l’assemblée générale de la FNSEA63, les adhérents ont échangé sur les solutions énergétiques qui s’offrent aujourd’hui aux agriculteurs pour répondre à un triple enjeu : maitriser leurs coûts, répondre au développement de la transition énergétique tout en maintenant une agriculture productive souveraine…et tout cela dans un contexte de crises multiples !

Photovoltaïque et autoconsommation

Les débats ont principalement porté sur le photovoltaïque sur toitures ainsi que l’agrivoltaïque : deux systèmes, deux approches distinctes avec des avis divergents. Si l’agrivoltaïque (système étagé qui associe une production d'électricité photovoltaïque et une production agricole au-dessous de cette même surface) fait débat, en revanche la pose de panneaux sur toitures semble désormais acquise. Pour Laure Lefevre, Chargée d’affaire transition énergétique au Crédit Agricole Centre France, « l’installation de panneaux sur les toitures reste pertinente et se conjugue aujourd’hui avec une demande croissante d’un système en autoconsommation ». Au regard de la composition du parc énergétique installé aujourd’hui en France (nucléaire : 42,1% ; hydrolique17,1% ; thermique : 15% ; éolien : 13,7% ; solaire : 9,7% et bioénergies 1,8%) le potentiel solaire demeure effectivement important et la pose de panneaux sur toiture apparaît alors comme une opportunité pour les exploitants agricoles : complément de revenu, valorisation du bâtiment, maitrise de ses coûts énergétiques, production d’énergie verte, meilleure image, exploitations modernisées…
Mais la tendance est surtout à «l’autoconsommation qui permet une réelle maitrise de ses coûts d’énergie » insiste Laure Lefèvre. Et de citer à titre d’exemple : « avec une puissance installée de 100 Kwc soit 520m2, un ensoleillement de 1 100 heures, un coût total d’installation de 90 000€ (amortissement sur 15 ans) soit 7 300€/an et une charge annuelle de 2 500€, le coût de revient du Kwh autoproduit s’élève à 8,9 ct€, protégé de l’inflation. » De quoi susciter l’intérêt de plus en plus d’agriculteurs qui prennent aujourd’hui conseil auprès du Crédit Agricole Centre France.

Agrivoltaïsme, pourquoi pas ?

Autre son de cloche sur l’agrivoltaïque. Ce système qui associe production agricole et production d’énergie soulève encore quelques questions voire quelques craintes de la part des agriculteurs, notamment du syndicat Jeunes Agriculteurs qui y voit davantage de menaces (pertes de surfaces productives, détournement de foncier etc…) que d’opportunités. Pourtant « toutes les solutions destinées à diversifier les ressources énergétiques et à en maitriser les coûts doivent être étudiées. La profession agricole doit être autour de la table pour construire, verrouiller et encadrer les projets. Si nous ne sommes pas à la manœuvre on se fera doubler ! » souligne Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes.
Mais l’engouement pour l’agrivoltaïque n’est pas totalement au rendez-vous, peu de projets sortent de terre. La Fédération nationale ovine travaille depuis plus de cinq ans sur le sujet avec différents développeurs. Des projets sont conduits avec des éleveurs ovins en régions PACA et Grande Aquitaine. « L’objectif est de faire cohabiter la production agricole- via de la ressource fourragère pérenne- et la production d’énergie » explique Michèle Boudoin. Pour ce faire, la présidente de la FNO assure que « la production d’énergie et la production agricole doivent rester dans le giron des exploitants agricoles ». Un argument repris par Richard Randanne, vice-président de la FNSEA 63 qui insiste sur « la nécessité d’encadrer cette opportunité plutôt que de la laisser entre les mains d’opérateurs qui ne répondent pas à nos attentes et ne connaissent pas les enjeux de notre profession. » L’acceptation de l’agrivoltaïque dépendra en fait du consensus territorial (acteurs économiques et élus) qui se construira autour de chaque projet.
Pour le président de la FRSEA AuRA : «les projets agrivoltaïques doivent se poursuivre mais  mettre des animaux sous des panneaux ne doit pas être un alibi !»

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole