Aller au contenu principal

Congrès  de  la  FNSEA
Le péril de la faim justifie les moyens

A Besançon, les agricultrices et agriculteurs du réseau FNSEA, réunis en congrès ont martelé un message clair : pas de souveraineté alimentaire sans soutien.

Les agricultrices et agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes présents en nombre congrès de la FNSEA.

Crise Covid, guerre en Ukraine… ont largement alimenté les débats du congrès de la FNSEA, qui s’est déroulé la semaine dernière au pays du Comté, de la saucisse de Morteau… dans le Doubs. Outre les temps de recueillement, organisés en hommage au peuple ukrainien, toutes les régions ont dit à quel point, ces évènements géopolitiques mettent en exergue la nécessité de produire. Produire pour nourrir mais pas à n’importe quel prix, ni dans n’importe quelles conditions, … « Après de nombreuses années de propositions, d’explications et de manifestations, nous avons enfin une loi qui inverse la construction du prix à la production en France. Individuellement ou collectivement, les agriculteurs doivent demander un prix qui colle à leurs coûts de production », a indiqué Michel Joux, président de la Frsea Auvergne-Rhône-Alpes (ci-dessous). Et d’estimer qu’il faut parfois agir de manière plus musclée pour faire bouger les lignes « On l’a fait récemment devant les centrales d’achat et les supermarchés. Avec la hausse des charges et les négociations commerciales réouvertes, il faudra peut-être y retourner. Ne lâchons pas une seule miette sur ce sujet ».

Bouclier énergétique

Face à la hausse des charges, l’application de la loi Egalim est urgente, mais sera-t-elle suffisante. « Le gouvernement doit aller beaucoup plus loin dans son plan de résilience. Un bouclier énergétique doit être mis en place sans attendre à la hauteur de l’enjeu. Nous demandons que la spéculation inadmissible sur le GNR cesse immédiatement ! ». Produire plus, cela passe aussi par une libération des capacités de chacun, et à une concorde autour du bon sens paysan. « Nos gouvernements successifs, ont fait preuve d’un manque de courage politique flagrant. Plutôt que de travailler à des solutions basées sur la recherche et le développement et sur le progrès, ils ont écouté depuis trop longtemps, le hurlement des sirènes de minorités démagogues et archaïques qui prônent la décroissance. Des produits phytosanitaires sont interdits en France et sont utilisés en Europe. Des productions agricoles alimentaires disparaissent de nos territoires et nous importons sans limite ! Les éleveurs sont chassés de leur territoire par des prédateurs comme le loup… Le développement de la ressource en eau reste encore très compliqué. Pas d’interdiction sans solution », a poursuivi l’agriculteur de l’Ain.
Lassale fait le show, Roussel déploie ses « Jours heureux » agricoles, Pécresse pédagogue, Macron en vidéo
Un slogan repris par certains candidats(¹) à la Présidentielle, devant les représentants du monde agricole(²), à l’occasion du Grand Oral organisé en clôture du congrès. Sur les douze candidats en lice, seuls six avaient accepté l’invitation. Seul représentant des parties de gauche, Fabien Roussel chef de file du PCF a été fidèle au modèle agricole qu’il défend depuis plusieurs mois, bâti sur des exploitations à taille humaine, respectueux des femmes, des hommes, de la terre, et inspirant dès lors que les fermes sont économiquement viables et vivables. « Avec moins de 350 000 fermes en 2030, nous ne serons pas en capacité de nourrir la population. Il faut tabler sur 20 à 25 000 installations annuelles en doublant les moyens qui y sont consacrés. Ne rejouons pas le scénario de l’industrie ! ». Applaudissements nourris. Si Fabien Roussel a été celui ayant comptabilisé le plus de suffrages à l’applaudimètre, force est de constater qu’il a été devancé par un Jean Lassale, très en forme, dont la performance scénique relevait plus du sketch que d’un discours de politique agricole générale. A droite, Valérie Pécresse, a choisi la carte de la pédagogie pour lister ses priorités agricoles, indiquant vouloir faire preuve de pragmatisme : « La société doit accepter que l’alimentation a une valeur, un prix celui d’hommes et de femmes qui travaillent dur au quotidien ». A l’extrême droite, Marine Le Pen a été mise en difficulté à plusieurs reprises par les questions des membres du Caf, jetant un froid en proposant de créer un statut de l’animal dans le Code Civil. Accueil glacial aussi de la proposition d’Eric Zemmour d’augmenter l’arsenal de protection des agriculteurs, y compris par le recours aux armes, face aux multiples attaques dont ils sont victimes. Bruissement de la salle… « Ce n’est pas le far-west !». Enfin, dans une vidéo pré-enregistrée, Emmanuel Macron(³) a indiqué vouloir poursuivre les travaux engagés depuis cinq ans, en accélérant les transitions : « Mener les transitions est nécessaire, mais cela ne doit pas nous faire perdre de vue la mission nourricière de l'agriculture. (...) Il nous faut réussir à combiner les deux, c'est possible à condition d'investir ».

1) La candidate des Républicains, Valérie Pécresse a indiqué de ne pas vouloir laisser les agriculteurs dans l’impasse en assortissant systématiquement toutes interdictions de produits phytosanitaires notamment par des alternatives crédibles.
2) Le Grand Oral était organisé par le Conseil de l’Agriculture français (FNSEA, Coopération, Crédit agricole, MSA).
Pour découvrir l’intégralité des débats rendez-vous sur le https://www.youtube.com/watch?v=JC8zHXJ-GSI
3) Emmanuel Macron était absent pour cause de conseil de défense.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole