Aller au contenu principal

Installation
Le nombre de projets n’en finit pas de décrocher

En 2011, 259 projets d’installations agricoles ont vu le jour en Auvergne. C’est 30 % de moins qu’en 2010.

En Auvergne, 17 projets d’installations en ovins-caprins ont été acceptés en CDOA en 2011.

Les Jeunes agriculteurs d’Auvergne et l’ensemble de leurs partenaires se sont retrouvés, la semaine dernière, au lycée agricole de Brioude-Bonnefond en Haute-Loire, à l’occasion du comité régional à l’installation. Un temps fort où il a été question de chiffres mais aussi de politiques.

Côté chiffres, l’heure n’est pas à l’euphorie, bien loin de là, puisqu’en 2011, le nombre d’installations a reculé de 30 %. 259 projets acceptés en CDOA en 2011, contre 303 en 2010 (voir encadré). Sans compter que depuis 2006, l’Auvergne parvenait à maintenir le cap en installant en moyenne 350 jeunes par an.

Difficultés d’accessibilité au foncier, demandes des garanties des banques de plus en plus importantes, mises aux normes coûteuses, mais indispensables, investissements de plus en plus élevés et charges en constante augmentation…La liste des freins à l’installation est longue. Pour autant, les jeunes agriculteurs d’Auvergne ne comptent pas sombrer dans le pessimisme.

Travailler ensemble

Il existe, selon le président Jérémy Leroy, des leviers d’actions pour inverser la tendance :

«Le renouvellement des générations en agriculture est le défi que s’est lancé JA depuis sa création. Pour cela, les JA Auvergne tiennent à travailler avec tous les outils et partenaires pour l’installation, et cherchent toujours de nouvelles idées pour favoriser l’installation, par exemple, avec le laboratoire d’idées à l’installation, pour lequel les JA sont partenaires de la Fédération nationale ovine».

Des nouvelles idées plus en phase avec les projets qui émergent aujourd’hui et émanant des candidats que l’on a coutume de nommer «hors cadre familial» (HCF). Depuis le début des années 2000, le nombre d’installations HCF fluctue entre 20 et 30 % des installations totales, avec une moyenne de 24 % sur dix ans.

En raison de l’ampleur de l’investissement, les projets portés par les HCF comportent souvent, un volume de foncier plus limité. Faut-il y voir une relation directe, mais force est de constater que les productions atypiques de la région commencent à représenter une part de plus en plus importante en Auvergne, avec notamment des installations en volailles (10 projets ont vu le jour en 2010) et en maraîchage (8 installations en 2010). Des installations qui sont justement moins gourmandes en foncier.

 

Le poids de l’investissement

Reste qu’au chapitre des investissements, la note s’avère de plus en plus conséquente quel que soit le projet. Ainsi en 2011, les 259 installés auvergnats ont investi pour un montant total de 64.470.725 euros, avec un montant moyen d’investissement par jeune de 249.887 euros, soit une augmentation de ce montant moyen de 37 % en cinq ans. Globalement, l’installation en élevage est prédominante en Auvergne, puisque 69 % se font en bovins viande, lait ou mixte. Depuis 2005, ce sont les installations en bovins viande qui ont pris le pas sur les installations en bovins lait. Preuve que les efforts de la filière ovine pour promouvoir le métier d’éleveur commencent à porter leurs fruits, en Auvergne, 7 % des installations se font au moins avec une production d’ovins-caprins. Des raisons d’espérer existent donc bel et bien, aux professionnels de s’en emparer.

 

Photographie par département

En 2010, le nombre d’installations a particulièrement diminué dans les départements de l’Allier (58 dossiers contre 89 en 2010), ainsi que dans le Cantal (71 installations contre 101 en 2010). Dans le Puy-de-Dôme aussi le décrochage a été au rendez-vous en 2011, avec 52 dossiers contre 75 en 2010. En Haute-Loire, 60 installations ont été recensées en 2011, soit 21 de moins qu’un an auparavant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole