Aller au contenu principal

Installation ovine
Le mouton ? Ils sont tombés dedans quand ils étaient petits !

Qui a dit que le mouton n’attirait plus les jeunes ? Thierry Orcière et Nicolas Honhon prouvent le contraire en reprenant le Gaec de leurs parents associés. Une belle histoire qui se poursuit.

Thierry Orcière et Nicolas Honhon :  deux jeunes futurs associés qui ont choisi de revenir sur les traces du Gaec presque « familiale ».

S'installer en agriculture et devenir producteurs de moutons : Thierry Orcière et Nicolas Honhon ne l'avaient franchement pas imaginé. Même si, dès leur plus jeune âge, ces deux comparses baignent dans le milieu, ils décident de suivre une autre voie professionnelle tournée vers les sciences et technologies industrielles. Ils enchaînent les études: BAC, BTS puis Maîtrise en mécanique ; puis se lancent dans la vie active : un poste d'ingénieur en entreprise pour l'un et des missions interim pour l'autre.
Mais rapidement, l'appel du retour à la terre résonne comme un écho.
A Lezoux, le père de Thierry, Christian Orcière, et les parents de Nicolas, Marie-Françoise et Bernard Honhon, tiennent les manettes du Gaec de la Fontaine du Sureau. Ils conduisent un troupeau de 1 200 brebis et trois poulaillers label. Un Gaec fort d'une histoire de 40 ans et pour lequel les associés désespèrent de trouver des repreneurs...

Changement de cap...

Mais en 2006, Thierry décide de revenir aux sources pou s'installer, « c'était un bonheur de voir que l'exploitation allait être transmise alors que nous étions sur le point de tout vendre » se souvient Christian.
« Je ne me voyais pas passer ma vie professionnelle sur une exploitation agricole. Mais très vite, je me suis rendu compte que mon boulot derrière un écran ne me plaisait pas. J'ai donc décidé de revenir » raconte Thierry. Le BPREA en poche, il s'installe en janvier 2008.
Nicolas, l'ami d'enfance avec qui il songe s'associer, n'avait pas non plus réfléchi à la reprise, «mais il fallait se décider rapidement. J'ai donc arrêté mon travail, passé le BPREA et je travaille aujourd'hui au sein du Gaec en tant que salarié, histoire de voir si cette nouvelle vie me convient ». Et de fait, elle semble parfaitement convenir puisque dès janvier 2010, au départ à la retraite de Christian Orcière, Nicolas s'installera et viendra rejoindre son nouvel associé. Ils seront dé-sormais deux exploitants sur 174 ha, à conduire 1250 brebis et 3 ateliers volailles Labellisés.

... dans un contexte difficile

Malgré le contexte agricole tendu, Thierry et Nicolas restent optimistes, « nous ne partons pas de zéro ! L'exploitation fonctionne depuis 40 ans. Elle a permis de faire vivre trois familles». La prise de risque se situe aujourd'hui sur les investissements qu'ils ont décidé d'engager, à savoir la construction d'une bergerie de 600 brebis pour remplacer d'anciens bâtiments et la rénovation des bâtiments volailles « notre objectif étant d'améliorer les conditions de travail et de gagner du temps pour pouvoir pérenniser cette exploitation à deux seulement », indiquent les jeunes. Ils ont d'autres projets en tête mais préfèrent aujourd'hui les bloquer. « La grande inconnue, c'est l'après 2013: on manque de repères pour pouvoir investir plus ».
Nicolas et Thierry attendent également les aides 2010 annoncées par Michel Barnier, « elles devraient nous donner un peu d'air même si, au final, elles ne feront que combler la chute du prix du mouton enregistrée ces derniers mois... ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole