Aller au contenu principal

Sécheresse
« Le compte n’y est pas. Le ministre doit respecter ses engagements ! »

En choisissant délibérément d’écarter les expertises terrain, le comité national de gestion des risques agricoles n’a pas pris la mesure de la sécheresse historique, selon les professionnels FRSEA-JA d’Auvergne-Rhône-Alpes et du Massif central qui contestent les arbitrages, et appellent à la mobilisation.

Réuni le 9 décembre pendant près de deux heures, le Comité national de gestion des risques agricoles (CNGRA) a validé le solde des douze départements qui avaient obtenu un acompte pour les dommages liés à la sécheresse sur prairies, lors des CNGRA du 18 octobre et du 28 octobre. ll a également validé la demande d’indemnisation de manière partielle ou totale de cinq départements (Corrèze, Creuse, Isère, Pyrénées-Atlantiques, Haute-Vienne) qui n’ont pas obtenu la pré-reconnaissance sécheresse, mais ont fini de boucler leur dossier. Sont concernés par un traitement en date du 9 décembre, les 17 départements suivants : l’Ardèche, l’Aveyron, le Cantal, la Corrèze, la Creuse, la Drôme, l’Isère, la Haute-Loire, la Haute-Vienne, la Loire, le Lot, la Lozère, le Rhône, le Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, le Tarn et le Tarn-et-Garonne. Problème, l’enveloppe totale, même revalorisée reste en deçà des « 147,54 millions d’euros » de pertes estimées par les comités départementaux d’expertise (CDE). Les fameuses « expertises terrain » diligentées dans les départements afin d’objectiver le niveau des pertes, les dispositifs satellitaires (Airbus et Isop) ayant révélé un certain nombre de failles.

L’administration qui désavoue ses propres équipes : un comble

« Le ministre de l’Agriculture s’était pourtant engagé lors du dernier Sommet de l’Elevage en octobre à avoir recours à ces expertises terrain. Force est de constater que sa promesse n’a pas fait long feu puisque tous les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes déplorent un rabotage des taux d’indemnisation, qui ne correspond en rien aux chiffres des enquêtes. Pire, dans certaines zones, certains agriculteurs ne toucheront rien », s’emporte Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. La demande martelée à plusieurs reprises par le réseau FRSEA-JA d’augmentation de la valeur de l’UF (unité fourragère), des taux d’indemnisation et de prise en compte des taux des comités départementaux d’expertise suite aux relevés a été complètement écartée. « On se retrouve face à une situation ubuesque où l’administration centrale remet elle-même en cause le travail réalisé par ses agents sur le terrain au sein des DDT, puisque certains taux retenus sont inférieurs de près de 20% à ceux constatés au sein des CDE ! », relève David Chauve, secrétaire général de la FRSEA. Et d’estimer « qu’aucun outil informatique ou satellitaire ne peut contester cette expertise collective, scientifique, humaine et de terrain ».

Des mobilisations cette semaine

Avant même les arbitrages du CNGRA, certains départements étaient montés au créneau, dès jeudi soir (ndlr : le 8 décembre), dans le Cantal et l’Isère, pour exiger un traitement équitable et surtout conforme à l’ampleur des pertes subies. Leur cible : les préfectures et sous-préfectures. En début de semaine, d’autres actions étaient envisagées, dans d’autres départements de la Région ainsi que dans l’ensemble du Massif central, notamment dans le Puy-de-Dôme, en Haute-Loire et dans l’Aveyron... La minimisation des pertes réelles des agriculteurs pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour un secteur déjà aux prises avec de nombreuses difficultés : décapitalisation du cheptel, et hausse des charges en tête. Alors que le nouveau dispositif de gestion des risques doit entrer en vigueur au 1er janvier 2023, les professionnels invitent les autorités à faire preuve de réalisme.

Recours obligatoire

« Les éleveurs souhaitent que le nouveau système assurantiel et fonds national de solidarité puissent fonctionner. Or, tant que l’indice n’est pas fiable comme c’est le cas actuellement, il est essentiel que les éleveurs puissent avoir accès à un recours d’expertise terrain comme toutes les autres productions. Ce recours, prévu par la loi, doit être rendu obligatoire », insiste Patrick Bénézit, président de la Copamac (organisations du Massif central).

Les agriculteurs surpris par la position des assureurs

Au CNGRA du 9 décembre, la FNSEA, les JA, l’APCA et tous les autres syndicats se sont positionnés contre les propositions. Seuls les assureurs ont voté pour aux côtés de l’administration. Une position qui surprend le monde agricole. Un nouveau CNGRA devrait être organisé le 18 janvier pour examiner les 35 autres demandes de reconnaissance des départements touchés par la sécheresse qui ont été déposées au 1er décembre.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole