Aller au contenu principal

Politique
Le ministre de l'Agriculture au chevet des maires

Julien Denormandie revient dans le Puy-de-Dôme 15 jours après sa visite au Sommet de l'élevage pour porter un message de soutien aux élus locaux.  

Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie (au centre) est revenu en terres puydômoises pour porter le message de soutien du Gouvernement aux maires.

Élus régionaux, départementaux, présidents de communautés de communes et maires du Puy-de-Dôme étaient réunis le 22 octobre dernier à la Grande Halle, à l'occasion du Carrefour des Collectivités Territoriales et l'assemblée générale de l'association des maires. Une journée placée sous le signe des rencontres et des échanges avec notamment la présence de Julien Denormandie. Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a porté la voix du Gouvernement et réaffirmé son soutien aux élus locaux.

Les maires encouragés et remerciés

Devant les élus du département, Julien Denormandie a tenu à rappeler en premier lieu, le soutien de l'État à leur égard en les remerciant pour leur "mobilisation exceptionnelle durant la crise de la Covid (...) le pays vous doit beaucoup".  Les défis sont cependant loin d'être terminés. "Le moment est complexe économiquement, socialement et les inégalités entre les territoires sont importantes surtout en ce qui concerne les transports, les hôpitaux ou encore le numérique." Le ministre accentue son discours aux élus, sur la complexité de l'instant. En toile de fond de son discours, on ressent la crainte du Gouvernement de voir les valeurs démocratiques déstabilisées lors des prochaines élections présidentielles. "Nous devons faire vivre la promesse républicaine à travers la cohésion entre l'État et les maires. La mission d'un Gouvernement ne peut se réaliser sans les élus locaux. La démocratie repose sur la confiance."
Ce lien cher à Julien Denormandie s'étiole cependant quelque peu ces dernières années avec, entre autres, la baisse des soutiens financiers aux communes et la suspension de la taxe d'habitation. Le ministre n'hésite pas à aborder l'épineux problème et explique la suspension de la taxe d'habitation  par "un choix politique" face à "une taxe loin d'être la plus juste" puisque suivant les communes son montant variait.
Au-delà de l'aspect financier de la question, les maires l'alertent sur la rupture avec les citoyens. "La suppression de la taxe d’habitation a éloigné nos administrés des investissements publics de la commune" s'alarme Flavien Neuvy, maire de Cébazat.

La complexe simplification administrative

Le plan France Relance bénéficie également aux collectivités territoriales. En qualité de ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie revient surtout sur l'agricole avec les rénovations d'abattoirs dont une vingtaine de projets sont en cours dans la région AuRA. Le maire d'Ambert, Guy Garbinet, n'a pas manqué de demander un soutien du Gouvernement pour l'abattoir de sa commune dont "l'activité est en péril". Bien que Julien Denormandie ait affirmé "qu'il ne peut exister d'élevage local sans abattoirs", il a tenu à rappeler "qu'un abattoir ne gagne pas d'argent". Enfin, lors de cet échange avec les maires, ces derniers, à travers la voix de Sébastien Gouttebel, président des maires ruraux du Puy-de-Dôme et maire de Murol, ont témoigné "de la complexité et de la lourdeur administrative pour les petites communes, de déposer un dossier de demande de subvention au Plan France Relance". Là encore, le ministre témoigne de sa compréhension et termine sa visite par une magnifique contradiction  : " la simplification administrative est une priorité mais c'est complexe " !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole