Aller au contenu principal

JA 63 PORTES OUVERTES
Le métier d’agriculteur présenté aux Puy-Guillaumois

Dimanche dernier, à l’initiative du syndicat de jeunes agriculteurs, deux exploitations de Puy-Guillaume ont ouvert leurs portes aux habitants.

hez les JA, on ne baisse pas les bras facilement. Et sur le dossier relatif à la commune de Puy-Guillaume, ils ont décidé de ne vraiment rien lâcher. Pour le prouver, mais aussi et surtout pour soutenir les agriculteurs, ils ont organisé, dimanche dernier, une journée fermes ouvertes dans deux des exploitations concernées par ces problèmes de PLU.

Mathieu Meley, en vaches laitières, et Quentin Baumont, en brebis laitières, ont donc, durant toute la journée, montré, expliqué les réalités de leurs exploitations, fait partager leur expérience aux visiteurs. Venus en nombre, avec près de 150 visiteurs sur chacune des deux exploitations - c’est là une très belle réussite - ils ont pu, de leurs propres yeux, appréhender ce métier et se faire un avis plus net et plus réel de ce monde. Une initiative plus qu’utile, puisqu’elle a prouvé que de nombreux habitants de Puy-Guillaume et d’autres visiteurs ignoraient totalement le fonctionnement, les atouts et les contraintes de telles structures.

Et pour sensibiliser la population, à quelques semaines des élections municipales, il faut parvenir à démonter les a-priori persistants sur le métier, véhiculant des idées fausses et provoquant des inquiétudes. Un récent bulletin municipal de la commune de Puy-Guillaume précisait que les exploitations agricoles déversent des eaux polluées, provoquent des nuisances sonores et olfactives et augmentent la prolifération des mouches. Il faut montrer aux gens - c’est ce que Quentin et Mathieu ont fait - qu’au contraire, les agriculteurs sont de plus en plus soumis et contraints de respecter l’environnement, avec une réglementation stricte en matière de gestion des déchets et du bruit, de sécurité, de plan d’épandage, de distances minimales à respecter.

Du côté du soutien logistique et moral, il fallait compter sur les familles, très présentes, et sur les membres du réseau JA, qui ont volontiers fait patienter les visiteurs et répondu à leurs premières questions.

Les mots de Bernard Vignaud, tête de liste de la liste d’Union Puy-Guillaumoise

 

«Cette manifestation est du plus grand intérêt pour montrer la dynamique des agriculteurs en place ou en cours d’installation. Elle sert à montrer tous leurs savoirs et leurs volontés de dynamiser l’économie locale dans une agriculture raisonnée. Cette opération montre qu’ils ont besoin d’être encouragés dans cette voie et je souhaite que les pouvoirs publics qui seront en place très prochainement, quels que soient les résultats, les écoutent et les encouragent.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole