Aller au contenu principal

Légumes  bio
Le maraîchage bio se structure en Auvergne

Le 17 novembre dernier, producteurs, clients et  partenaires d'Auvabio étaient réunis à Lempdes dans le nouveau bâtiment de l'association. L'occasion de revenir sur deux années riches pour le développement de la filière locale de légumes bio.

Signature du partenariat entre Auvabio et Auvergne Bio Distribution. De gauche à droite : Elisabeth Delhermet, représentante de Bio43, administratrice d'Auvergne Bio Distribution ; Daniel Bono, président d'Auvergne Bio Distribution et Patrice Goutagny, président d'Auvabio.

Depuis sa création en juillet 2019, l’association Auvabio vit un développement extrêmement rapide. Initiée par 8 producteurs, elle compte aujourd’hui 52 adhérents répartis sur les quatre départements auvergnats, et une équipe administrative de 7 personnes. Une belle progression en forme de réussite qui a permis à la production de légumes bio en Auvergne de se structurer pour commercialiser sur le marché du demi-gros (magasins bio, restauration collective, transformateurs, GMS…). " Individuellement nous rencontrions des difficultés pour approvisionner cette clientèle : quantités insuffisantes, coûts de livraisons élevés, temps perdu, et parallèlement nous constations une demande en bio croissante. Nous avons donc décidé de nous regrouper pour commercialiser ensemble " explique Patrice Goutagny, président d’Auvabio. Les fondateurs de l’association se sont alors fixés comme objectifs de s’organiser pour fournir à leurs clients communs une gamme de légumes plus diversifiée et davantage répartie dans le temps ; répondre à la demande croissante des magasins et de la restauration collective en produits bio locaux ; gagner en temps de travail, se faciliter le quotidien grâce à la mutualisation d’outils et de tâches ; et créer un espace d’échanges entre producteurs sur le marché local en fruits et légumes. " Auvabio ne fait pas d’achat-revente, prévient le président. C’est simplement un outil de mutualisation au service des producteurs qui restent maîtres de leurs marchandises jusqu’au bout ".

Un développement rapide qui se poursuit

Deux ans après, l’opérationnel est bien rôdé. La planification des cultures et des mises en vente est organisée deux fois par an avec l’ensemble des producteurs." Cette action est centrale dans le fonctionnement d'Auvabio. Elle permet au producteur de mettre en culture en ayant déjà une assurance de vente, et à Auvabio d'organiser ses productions pour satisfaire ses clients " précise le président Goutagny.
La logistique est en constante évolution avec, dernièrement, le recrutement d’un deuxième puis d’un troisième préparateur/livreur et l’ouverture prochaine d’une nouvelle plateforme logistique dans l’Allier. Enfin, des investissements sont également en cours (ou à venir) dans l’installation de chambres froides et chaudes et dans l’achat de camions, palox, caisses etc…
L’association poursuit par ailleurs la structuration de la production de légumes bio en conseillant les agriculteurs sur la conduite de leurs productions, en accompagnant la réflexion sur de possibles investissements en commun et en déployant le territoire d’Auvabio, notamment en lien avec les PAT auvergnats. Auvabio envisage également d’aller plus loin dans la différenciation et de sécuriser davantage les producteurs et les clients en mettant en place une labellisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole