Aller au contenu principal

Légumes  bio
Le maraîchage bio se structure en Auvergne

Le 17 novembre dernier, producteurs, clients et  partenaires d'Auvabio étaient réunis à Lempdes dans le nouveau bâtiment de l'association. L'occasion de revenir sur deux années riches pour le développement de la filière locale de légumes bio.

Signature du partenariat entre Auvabio et Auvergne Bio Distribution. De gauche à droite : Elisabeth Delhermet, représentante de Bio43, administratrice d'Auvergne Bio Distribution ; Daniel Bono, président d'Auvergne Bio Distribution et Patrice Goutagny, président d'Auvabio.

Depuis sa création en juillet 2019, l’association Auvabio vit un développement extrêmement rapide. Initiée par 8 producteurs, elle compte aujourd’hui 52 adhérents répartis sur les quatre départements auvergnats, et une équipe administrative de 7 personnes. Une belle progression en forme de réussite qui a permis à la production de légumes bio en Auvergne de se structurer pour commercialiser sur le marché du demi-gros (magasins bio, restauration collective, transformateurs, GMS…). " Individuellement nous rencontrions des difficultés pour approvisionner cette clientèle : quantités insuffisantes, coûts de livraisons élevés, temps perdu, et parallèlement nous constations une demande en bio croissante. Nous avons donc décidé de nous regrouper pour commercialiser ensemble " explique Patrice Goutagny, président d’Auvabio. Les fondateurs de l’association se sont alors fixés comme objectifs de s’organiser pour fournir à leurs clients communs une gamme de légumes plus diversifiée et davantage répartie dans le temps ; répondre à la demande croissante des magasins et de la restauration collective en produits bio locaux ; gagner en temps de travail, se faciliter le quotidien grâce à la mutualisation d’outils et de tâches ; et créer un espace d’échanges entre producteurs sur le marché local en fruits et légumes. " Auvabio ne fait pas d’achat-revente, prévient le président. C’est simplement un outil de mutualisation au service des producteurs qui restent maîtres de leurs marchandises jusqu’au bout ".

Un développement rapide qui se poursuit

Deux ans après, l’opérationnel est bien rôdé. La planification des cultures et des mises en vente est organisée deux fois par an avec l’ensemble des producteurs." Cette action est centrale dans le fonctionnement d'Auvabio. Elle permet au producteur de mettre en culture en ayant déjà une assurance de vente, et à Auvabio d'organiser ses productions pour satisfaire ses clients " précise le président Goutagny.
La logistique est en constante évolution avec, dernièrement, le recrutement d’un deuxième puis d’un troisième préparateur/livreur et l’ouverture prochaine d’une nouvelle plateforme logistique dans l’Allier. Enfin, des investissements sont également en cours (ou à venir) dans l’installation de chambres froides et chaudes et dans l’achat de camions, palox, caisses etc…
L’association poursuit par ailleurs la structuration de la production de légumes bio en conseillant les agriculteurs sur la conduite de leurs productions, en accompagnant la réflexion sur de possibles investissements en commun et en déployant le territoire d’Auvabio, notamment en lien avec les PAT auvergnats. Auvabio envisage également d’aller plus loin dans la différenciation et de sécuriser davantage les producteurs et les clients en mettant en place une labellisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole