Aller au contenu principal

Le lait Bio manque à l’appel

Sodiaal soutient depuis trois ans ses adhérents en reconversion biologique dans le souci d’augmenter les volumes de lait certifiés, très demandés par les consommateurs.

Frédéric Boucheix (au centre) a accueilli les adhérents de Sodiaal ayant fait le déplacement pour la journée portes ouvertes organisée par la coopérative.

Sur plus de 1 600 producteurs de lait Sodiaal, seuls 60 sont à ce jour certifiés en Agriculture Biologique. D’ici 2018, une centaine d’éleveurs supplémentaires viendront grossir les effectifs. Une progression exponentielle, résultat de la politique de soutien mise en place par la coopérative. Depuis trois ans, elle accompagne les producteurs en conversion avec une prime allant de 30 à 50€/1 000 litres de lait jusqu’à la certification finale. « Sodiaal est attentif à la conjoncture » explique Rémy Broncy, administrateur de la coopérative. En effet, le marché du lait biologique progresse de 7 % par an. Il manquerait de ce fait entre 20 et 30 millions de litres pour satisfaire pleinement les clients de la coopérative. Alors « Sodiaal investit sur l’avenir » et « se positionne sur ce marché où elle n’a pas le droit d’être absente ». Malgré tout, les 10% d’adhérents certifiés Agriculture Biologique ne suffiront pas à combler le manque de lait. La coopérative poursuit donc son opération séduction notamment à travers des journées portes ouvertes chez des éleveurs ayant franchi le pas.

Paroles d’éleveurs

Le Gaec de Champlafont est l’un de ceux-là. Cette exploitation laitière familiale de Perpezat est en Agriculture Biologique depuis 2012. Jusqu’à cette date, les éleveurs produisaient du lait conventionnel. La crise de 2009 a mis un sérieux coup frein à leur activité et menacé l’existence même de leur entreprise. « Il nous fallait trouver une solution pour diversifier notre activité ou nous allions droit dans le mur. Nos pratiques n’étaient pas éloignées de celles du Bio. La conversion nous paraissait rationnelle d’autant plus que Sodiaal recherchait déjà du lait certifié » témoigne Frédéric Boucheix.

Depuis, l’exploitation prospère et se développe. De 80 vaches Montbéliardes et 350 000 litres de lait produits, le Gaec est passé à 120 animaux et 700 000 litres de lait Bio. Le prix de vente du lait a également changé. Déconnecté du marché du lait conventionnel, le tarif du lait Bio pointe donc à la hausse avec à ce jour un prix payé aux producteurs de 460€/1 000 litres.

Des pratiques à adopter

Seulement attention, Rémy Broncy, administrateur Sodiaal prévient : « il ne faut pas s’engager dans le Bio seulement pour des raisons économiques. La conversion demande de changer ses pratiques d’élevage et de s’accommoder des nouvelles ». Frédéric Boucheix le confirme. Depuis la conversion de son exploitation, il est limité à trois traitements médicamenteux par animal et par an. Son œil est donc plus averti pour « limiter les situations de crise et surtout l’utilisation de traitements ». Et pour l’aider dans sa tâche, il a installé avec ses associés deux robots de traite en fonctionnement depuis bientôt un an. Un coup de main informatisé lui permettant d’approfondir encore davantage le suivi individuel de chaque animal. L’Agriculture Biologique interdit également l’utilisation d’engrais chimiques, d’OGM ou encore de produits phytosanitaires. Rémy Broncy l’affirme : « je ne connais aucun éleveur qui soit sorti du Bio!»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole