Aller au contenu principal

ASSURANCE
Le guichet unique reporté d'un an

Le ministère de l'Agriculture a décidé de reculer d'un an l'obligation pour les agriculteurs non-assurés et assurés de choisir un interlocuteur unique. La faute au coût exorbitant de la mesure estimé par les assureurs.

L'État gèrera directement le versement de l'indemnisation publique pour pertes catastrophiques aux agriculteurs n'ayant pas assuré leurs cultures.

L'obligation pour les agriculteurs non-assurés de choisir un interlocuteur unique d'ici le printemps - dans le cadre de la réforme de l'assurance récolte - est finalement repoussée, a annoncé le ministère de l'Agriculture dans un communiqué de fin décembre.
La Rue de Varenne instaure une période de « gestion transitoire » qui s'achèvera au plus tard le 31 décembre 2023, « le temps qu'un accord soit trouvé avec les compagnies d'assurance à la fois sur les plans technique et financier ». Durant cette période de transition, l'État gèrera directement le versement de l'indemnisation publique pour pertes catastrophiques aux agriculteurs n'ayant pas assuré leurs cultures.
Ces derniers devront se tourner vers leur direction départementale des territoires (DDT) pour déclencher la reconnaissance de sinistre, a indiqué le cabinet du ministre de l'Agriculture à Agra Presse.
Le report de l'obligation de choisir un interlocuteur unique concerne aussi les agriculteurs assurés. « Leur assureur sera chargé de leur verser l'indemnisation au titre de l'assurance, mais également au titre de l'indemnité de solidarité nationale », a précisé l'équipe de Marc Fesneau.

Entre 10 et 20 M€

Cette décision a été actée à l'issue d'un CNGRA (Comité national de gestion des risques agricoles) convoqué en urgence.
Durant cette réunion, Marc Fesneau a exprimé son inquiétude sur le montant des coûts de gestion des dossiers d'indemnisation pour pertes exceptionnelles des agriculteurs non-assurés. En effet, la réforme prévoit que ces coûts seront assumés par les assureurs, lesquels seront ensuite défrayés par l'Etat.
Or, l'estimation des coûts présentée par « une seule entreprise d'assurance » et « extrapolée » à l'ensemble de la Ferme France est « très, très loin » de l'enveloppe envisagée par la Rue de Varenne, précise le cabinet de M. Fesneau.
Une enveloppe « estimée entre 10 et 20 millions d'euros (M€) sans pour autant être gravée dans le marbre » et qui s'inscrit dans, et non pas en sus, du budget de 600 millions d’euros annuels alloués à la réforme de la gestion des risques.
D'après le ministère, l'estimation des assureurs est exorbitante car ils se sont basés sur une qualité de service similaire pour les non-assurés et les assurés, alors que ces derniers payent pour la prestation rendue à l'inverse des premiers.
Une « divergence d'appréciation » qui oblige à mener encore des travaux « pour trouver une voie d'atterrissage », a confié l'entourage de Marc Fesneau.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole