Aller au contenu principal

Groupe de fauche
Le groupe de fauche, l’outil qui conquiert les Cuma

Lors de l’assemblée générale de la FDCuma du Puy-de-Dôme, plusieurs responsables de coopératives ont fait part de leur expérience dans l’utilisation de groupes de fauche.

Le groupe de fauche devient l’équipement indispensable aux Cuma du département où sa rapidité et ses qualités de travail ne sont plus à démontrer.

Il est devenu l’outil presque incontournable des Cuma. Le groupe de fauche a investi les coopératives du Puy-de-Dôme afin d’apporter qualité et rendement du travail. Lors de l’assemblée générale de la FD Cuma le 31 janvier dernier, l’outil a été au cœur des débats à travers les témoignages d’utilisateurs.

 

Deux Cuma pour un groupe de fauche

La Cuma de Bertignat rassemble une quarantaine d’adhérents. La fauche et l’ensilage sont ses principales activités ; mais pour permettre à l’ensemble de ses agriculteurs de récolter des fourrages de qualité, elle a dû investir. En 2008, elle achète donc avec sa voisine, la Cuma de Pont-David, un premier groupe de fauche qu’elles renouvellent en 2013.

La faucheuse arrière, de 2,80 mètres de large, est équipée de conditionneurs à doigts et d’une centrale hydraulique indépendante. Celle à l’avant du tracteur est large également de 2,80 mètres avec des conditionneurs à doigts fixes. L’équipement a demandé un investissement de 56 000 €. Avant cela, les faucheuses «classiques» n’avaient pas suffisamment de débit pour permettre le passage immédiat de l’ensileuse. Les chantiers étaient longs voire même trop longs lorsque le climat se faisait capricieux. Désormais, la Cuma de Bertignat récolte 4 ha de fourrage à l’heure sur 700 ha. La prestation revient à 33€/heure pour le tracteur et le carburant à laquelle il faut ajouter 45€/heure pour l’utilisation du groupe de fauche.

Récemment, l’organisation des chantiers a été optimisée par l’embauche d’un chauffeur qui assure également le suivi, l’entretien et les éventuelles réparations du matériel. Les adhérents gagnent alors un temps précieux.

Tout nouveau, tout beau

La Cuma Rénovation du Livradois-Forez, près d’Ambert, a elle aussi investi dans un groupe de fauche. Ce nouvel outil, acquis en 2011, permet de répondre aux demandes des 70 adhérents. Le groupe de fauche, d’une largeur de 3 mètres, a coûté 70 000€ à la coopérative. Aujourd’hui, il permet à 32 adhérents de récolter 760 ha dont 660 ha d’ensilage et 100 ha de foin. La prestation est facturée 44€/ha tout compris (tracteur, carburant, chauffeur et groupe de fauche).

La Cuma Rénovation du Livradois-Forez réfléchit à l’achat d’un second groupe de fauche en 2015.

La toute jeune Cuma de Tortebesse, créée en 2011, a également acquis un groupe de fauche de 3 mètres de largeur. Le manque de débit des faucheuses classiques et le nombre d’adhérents réalisant de l’ensilage, justifient cet investissement de 34 500 €. Cette année, l’outil a récolté 280 ha dont 120 ha d’ensilage et 160 ha d’herbe et ce pour cinq adhérents. La prestation est facturée 18 €/heure pour le tracteur (hors carburant et chauffeur) et 24 €/ha pour le groupe de fauche.

L’ensemble des témoignages fait apparaître que le groupe de fauche est un outil désormais indispensable dans une Cuma «à condition d’être bien organisé» ont précisé les responsables des Cuma.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole