Aller au contenu principal

Sécheresse 2011
Le dispositif calamité, un outil imparfait

L’Udsea et la Fdpl ont rencontré la DDT pour évoquer la situation des éleveurs qui n’ont pas accès aux aides sécheresse dans les secteurs pourtant classés en zone calamité.

De gauche à droite sur la photo : Bruno Chaput, Secrétaire général UDSEA, Vincent Anglaret, administrateur FDPL, Pascal Servier, Président FDPL, Christian Agay, administrateur FDPL, Claude Raynaud, Président UDSEA et Alain Tridon, Directeur de la DDT.

Plusieurs éleveurs du département - en particulier des producteurs laitiers-, manifestent leur incompréhension. Alors qu’ils sont au cœur des communes reconnues par le premier classement calamité sécheresse, ils ne sont pas bénéficiaires des aides.

Compte-rendu de la rencontre au Sommet le 7 octobre.

 

Un classement provisoire

En année «normale», le dispositif calamité sécheresse s’appuie sur une observation de l’ensemble du cycle fourrager. En 2011, les échanges entre la profession agricole et l’administration ont permis d’obtenir une reconnaissance provisoire sur environ 2/3 du Puy-de-Dôme, basée sur les pertes de fourrages récoltés ou pâturés au printemps. Aussi ont été prises en compte les pertes supérieures à la moitié de 70 % des récoltes de l’année, soit 35%. En vue du classement définitif, Bruno Chaput, Secrétaire général de l’Udsea, rappelle que «le réseau Udsea, avec l’appui des Organisations professionnelles agricoles, fait remonter toute donnée qui permettra d’affiner la synthèse départementale ».

 

Mathématiquement exclus

Christian Agay, administrateur Fdpl, est remonté : «des éleveurs de différents secteurs n’ont pas perçu d’aide alors qu’ils sont en zone classée ».

Alain Tridon, Directeur de la Direction Départementale des Territoires, répond que « l’outil « fonds calamité » - instauré en 1964 – a été prévu pour réagir vite face aux urgences. En effet, seuls trois critères sont observés : être dans la zone reconnue, avoir au moins 30% de pertes fourragères sur l’ensemble du cycle et une perte d’au moins 13% du produit brut d’exploitation. Ce dernier calcul prend en compte des données nationales et départementales et notamment inclut les aides du 1er pilier de la PAC dans le produit brut » explique Alain Tridon.

Christian Agay rapporte une réalité perçue différemment : «Nous sommes pourtant face à de réelles difficultés économiques pour l’achat de fourrages notamment ».

Bruno Chaput dénonce que « les éleveurs qui ont fait le choix de la dynamique de production se re­trouvent pénalisés ».

« Un choix nécessaire pour l’avenir de ces exploitations» ajoute Pascal Servier, Président de la Fdpl. Le simple calcul du taux de pertes de produit, ne prenant pas en compte les charges financières liées aux investissements, exclut de fait les éleveurs qui de surcroît ont travaillé sur leur productivité. Claude Raynaud, Président de l’Udsea précise que ce dispositif est malgré tout la dernière bouée de sauvetage avant de recourir aux assurances. Pour conclure, face aux limites du système, Christian Agay regrette que « les aides insuffisantes voire dérisoires des collectivités régionales et départementales montrent qu’elles se soucient peu de l’avenir des exploitations des zones de Montagne». Les agriculteurs attendent encore les notifications de dégrèvement de la Taxe foncière sur le non-bâti (TFNB) pour les aider à passer le cap.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole