Aller au contenu principal

Le contrôle obligatoire des pulvérisateurs élargi

Les contrôles obligatoires des pulvérisateurs ont été récemment durcis par un arrêté du 6 juin 2016 : ils sont désormais applicables à tous les appareils.

Tous les pulsé doivent désormais faire leur bilan de santé tous les 5 ans.

La France a, depuis le 1er janvier 2009, mis en place un contrôle des appareils d’application des pesticides destinés à un usage professionnel. Pour répondre à cette nouvelle demande, a été créée la société Serv’Agri Arverne (S2A) qui intervient sur le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, une partie de la Loire et de la Lozère. Depuis, un arrêté du 6 juin 2016 est venu élargir et densifier le champ d’application de ces contrôles.

 

Un contrôle applicable à tous les matériels

L’arrêté de juin 2016 a élargi la liste des matériels soumis à contrôle. « Aujourd’hui pour faire simple, tout est contrôlable sauf les pompes à dos. Tout ce qui distribue du phyto liquide est contrôlable », explique Charles-Henry Layat de S2A. L’une des principales évolutions concerne les pulvérisateurs à rampe et similaires, pour lesquels la taille minimale de 3 mètres est supprimée. Ce nouveau texte ajoute une catégorie de pulvérisateurs combinés, ce qui permet de contrôler des équipements de pulvérisation installés sur des semoirs, des planteuses ou des bineuses. Est également mise en place une catégorie d’appareils fixes ou semi mobiles, tels qu’une lance de pulvérisation ou encore des installations sous serre. Selon Charles-Henry Layat, « ce qui nous concerne à l’échelle départementale, ce sont les appareils fixes et semi-mobiles car les gens utilisent surtout des lances au niveau des élevages. En plaine, il s’agira plutôt de pulvérisateurs combinés comme ceux montés sur des semoirs ».

Une modification du contenu du contrôle

La liste des points de contrôle a été enrichie par l’arrêté de 2016 grâce aux résultats apportés par les premières années d’expérience. Dans la plupart des cas, ces nouvelles inspections ne conduiront pas à des remises en état obligatoires mais plutôt à des remarques adressées aux propriétaires. « Pour nous le protocole est plus compliqué, il y a plus de points à vérifier. On fait regrouper les contrôles au moins par 3 pour éviter les frais de déplacement. Pour les coûts sur un appareil fixe ou semi-mobile, comptez de 100 à 200 euros en moyenne, avec des surcouts pour les accessoires. Mais il faut le raisonner sur 5 ans », souligne Charles-Henry Layat. Dorénavant, 73 à 83 points de contrôle permettront de relever de 203 à 238 défauts. Les principaux défauts étant l’usure des buses, les fuites ou une corrosion importante.

Contrôler tous les 5 ans

Le contrôle est à la charge du propriétaire et il doit être effectué tous les 5 ans, même en cas de revente. A ce jour, il n’existe pas de contrôle obligatoire en cas de revente, mais il est conseillé de demander un contrôle de moins d’un an pour éviter les mauvaises surprises. 450, c’est le nombre de contrôles réalisés par S2A en un an. Sur ces contrôles, 36% de contre-visites ont été prononcées. Après un contrôle négatif, le propriétaire a un délai de 4 mois pour effectuer les réparations, la contre-visite ne portera en principe que sur le point de contrôle négatif. En cas de non réparation dans les délais, le contrôle sera refait entièrement sur tout le pulvé. Le défaut de contrôle ou de réparation entraîne une pénalité de 1 à 5% des aides PAC, voire une amende de 750 euros prévue par le Code rural. « Le contrôle est bien rentré dans les mœurs et dans les pratiques des gens dont c’est le métier. On envoie un courrier tous les 5 ans aux personnes que l’on a contrôlées pour savoir si elles ont toujours le pulvé ou si elles en ont un nouveau, afin de leur faire un rappel », conclut Charles-Henry Layat.

Contrôle des pulvérisateurs : à qui s’adresser ?

 

La Sarl SERV’AGRI ARVERNES (S2A) assure les contrôles des pulvérisateurs et la vérification périodique des appareils de levage. Contact : Charles-Henry Layat, 04.73.44.45.17 / 06.01.20.52.72

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole