Aller au contenu principal

Laiterie  de  Laqueuille
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »

La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros en 2020 mais le rebond est aujourd'hui aux portes de la laiterie, boosté par les Aop et le bio.

Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.

Le 25 juin, la société laitière de Laqueuille tenait son assemblée générale ordinaire à la salle des fêtes de la commune en présence de Damien Lacombe, président de Sodiaal, partenaire de la SICA Laqueuille, et du sénateur agriculteur de la Haute-Loire, Laurent Duplomb, venu rendre hommage au président Denis Aubert en partance.

2020, l’impasse…

Mars 2020, la société laitière de Laqueuille est stoppée net dans son élan de croissance. Tous les signaux étaient pourtant au vert avec une année 2019 à l’équilibre et une croissance dynamique, capable d’absorber les gros investissements engagés sur les cinq dernières années, notamment dans la mise en place d’un système de récupération d’énergie. Mais l’arrivée brutale du covid-19 en a décidé autrement. Confinement, fermeture des restaurants et des rayons découpe, chamboulement dans les habitudes de consommation… la laiterie doit faire face. Pour éviter les pertes de marchandises, elle fait alors un don de 15 tonnes de fromages à la banque alimentaire et vend à moitié prix le reste de ses produits. Parallèlement, elle développe la vente à distance par internet, un challenge réussi mais qui ne comble pas les pertes enregistrées par ailleurs. Le chiffre d’affaires chute alors de 2 millions d’euros en 2020.
Dans ce contexte inédit, la collecte de lait se maintient à plus de 13 M le litres avec une stabilité des niveaux de qualité des laits et " l’objectif de maintenir un prix du lait significatif autour de 326€ /1000 litres en qualité A " explique Philippe Lorrain, directeur de l’entreprise.

… 2021, le rebond ?

Depuis quelques semaines, les vannes des marchés se réouvrent et la laiterie retrouve peu à peu son rythme commercial de croisière, boosté par la croissance régulière des ventes en ligne qui pourraient " atteindre +58% à fin 2021 ", selon le directeur. Une tendance positive qui conforte la laiterie dans son ambition de renforcer sa gamme de fromages Aop à travers le Bleu d’Auvergne et la Fourme d’Ambert mais aussi celle du bio dont la transformation représente 346 tonnes aujourd’hui (sur 3 500 ton-nes de fromages par an), " notre objectif est d’atteindre 500 tonnes " confie Philippe Lorrain.

Des espoirs dans Egalim 2

Si cette ambition globale est partagée par les producteurs-coopérateurs de la laiterie, ces derniers ne cachent pas leur inquiétude face à l’avenir. A l’occasion de cette assemblée générale, certains d’entre eux n’ont pas manqué de rappeler le contexte difficile dans lequel ils étaient avec des charges en hausse de 30% et un prix du lait qui stagne autour de 300€. " A ce rythme, sur les 51 adhérents de la SICA, combien en restera-t-il d’ici 5 ans ?" interroge un jeune producteur ; et " comment attirer et installer des jeunes avec un revenu de 500€/mois ? ", poursuit un autre…  " Notre combat du moment est de retrouver de l’inflation sur les  prix de vente des produits laitiers aux consommateurs " répond Damien Lacombe, président de Sodiaal. Et d’ajouter : " la loi Egalim ne réglera pas tout, il faut aussi changer de paradigme et faire en sorte que le consommateur paie enfin la valeur du produit qu’il achète ". Pour le Sénateur Laurent Duplomb, le retour à un juste prix pour les producteurs passe davantage par l’arrêt de l’empilement des contraintes et de charges. " La réalité de ce que vivent aujourd’hui les éleveurs n’est pas qu’une question de prix, elle est aussi le fruit des contraintes et des normes franco-françaises qui sont exigées des producteurs français.  La France est le seul pays au monde qui impose le plus de normes environnementales à ses agriculteurs créant ainsi inégalités et distorsions de concurrence avec les autres pays. Il faut que cela cesse ! " clame le sénateur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole