Aller au contenu principal

Phytos
Le Conseil Stratégique phytos est obligatoire

La loi de séparation des activités de vente et de conseil des produits phytosanitaires, entrée en vigueur au 1er janvier 2021, prévoit aussi un conseil stratégique obligatoire.  

Les exploitations utilisatrices de produits phytosanitaires doivent réaliser un 1er conseil stratégique phytos (CSP) avant le 1er janvier 2024

Depuis le 1er janvier 2021, la loi de séparation des activités de vente et de conseil des produits phytosanitaires est entrée en vigueur, dans l’optique de réduire leur utilisation. L’objectif premier est de garantir l’indépendance du conseil délivré aux agriculteurs.
Cette nouvelle loi instaure également le conseil stratégique à l’utilisation des produits phytosanitaires (CSP) obligatoire pour tous les agriculteurs. Concrètement, il s'agit d'un diagnostic individuel de l'exploitation suivi d'un plan d’actions construit conjointement avec l'agriculteur, comprenant des mesures visant à réduire l’usage et/ou l’impact des produits phytosanitaires sur l’exploitation, tout en maintenant la viabilité de l’exploitation. Ce conseil individualisé permet ainsi aux agriculteurs d’améliorer leurs stratégies de gestion des bioagresseurs. La réalisation du conseil sur l’exploitation donne lieu à la délivrance d’une attestation, qui sera nécessaire à partir de 2024 en cas de contrôle sur l'exploitation ainsi que pour le renouvellement du Certiphyto.

Qui est concerné ?

Toutes les exploitations utilisatrices de produits phytosanitaires doivent réaliser un 1er conseil stratégique phytos (CSP) avant le 1er janvier 2024. Seules sont exemptées : les exploitations certifiées Agriculture Biologique ou en cours de conversion sur la totalité de leur surface ; les exploitations certifiées Haute Valeur Environnementale (certification environnementale de niveau 3) ou HVE 3 ; les exploitations n’utilisant que des produits de biocontrôle, des produits composés uniquement de substances de base ou de substances à faible risque ou nécessaires aux traitements obligatoires ; les exploitations n’utilisant que du PH3 comme produit phytosanitaire dans le cadre de la lutte contre les rats taupiers, dans les communes où la lutte est obligatoire.
Le CSP est nécessaire par exploitation. Il doit être renouvelé 2 fois tous les 5 ans, avec un intervalle de 2 à 3 ans entre chaque CSP. Il doit être renouvelé 1 fois tous les 5 ans, pour les exploitations avec des petites surfaces (inférieures à 2 ha en viticulture, arboriculture et maraîchage, à 10 ha pour les autres cultures).

La Chambre d’agriculture vous accompagne

Seules les entreprises agréées pour la réalisation d’un conseil phytosanitaire et donc indépendantes de la vente de produits peuvent réaliser ces conseils.
La chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme est organisme agréé. Son diagnostic comprend l’analyse du contexte de l’exploitation (types de productions, organisation de l’entreprise, enjeux sanitaires et environnementaux) et des modes de production (principaux bioagresseurs, stratégie de protection des cultures, identification des produits utilisés susceptibles d’être retirés à court terme ou avec des impacts majeurs sur l’environnement ou la santé). Ce diagnostic débouche ensuite sur un plan d’actions pouvant être mis en œuvre sur l’exploitation.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole