Aller au contenu principal

Le complément de main-d’œuvre, une solution toujours d’actualité

L’Assemblée générale d’Agri Emploi 63 s’est tenue jeudi 30 juillet. L’occasion de tirer un bilan sur l’année écoulée, mais aussi de parcourir les opportunités et solutions à développer pour un recours facilité à la main-d’œuvre.

En 2019, 124 exploitations adhérentes à Agri Emploi63 ont bénéficié des services de 386 salariés

Après 14 ans d’existence, les objectifs initiaux du groupement demeurent. Le premier objet de l’association est de faciliter le recours à l’emploi pour les agriculteurs, pour du complément de main d’œuvre occasionnel, saisonnier ou permanent. Le groupement peut aussi apporter un appui non négligeable au processus de recrutement et aux démarches juridiques, inhérentes à l’emploi salarié, pour le compte de ses adhérents.

Plus de 55 300 h effectuées dans les exploitations

En 2019, ce sont plus de 55 300 h qui ont été réalisées par 386 salariés, dont 28 CDI. Cela correspond en équivalent temps plein (ETP) à 34,4 salariés. " Cet appui salarié a bénéficié à 124 exploitations adhérentes ", rappelle Viviane Chomette, présidente.

Cet appui est largement fluctuant en fonction de la saisonnalité, car le troisième trimestre voit son activité doubler, avec plus de 20 000 h effectuées sur les mois de juillet, août et septembre, alors que les autres trimestres de l’année, ce sont environ 10 000 h qui sont réalisées.

L’activité de castration des maïs semences est en augmentation chaque année depuis son lancement en 2016, avec 6405 heures travaillées sur quelques semaines. Cette année 2020, près de 300 ha de maïs semences ont été castrés avec l’appui du groupement.

Perspectives 2020 : Saisir les opportunités

Pour 2020, les perspectives sur le premier semestre ont été en deçà des attentes, au vu du contexte. Néanmoins, " l’activité de remplacement a été relativement peu impactée, les activités agricoles ayant été priorisées. Malgré tout, nous avons eu recours à du chômage partiel et eu des arrêts de travail ", explique Viviane Chomette.

Pour le second semestre 2020, et grâce aux mesures " jeunes " sur l’apprentissage ou l’emploi, l’activité salariée agricole pourrait connaître un regain d’intérêt, selon Pascal Servier, secrétaire général de l’association.

Deux axes de travail sont ainsi mis en place, pour à la fois promouvoir auprès des agriculteurs les services apportés et la gestion " clé en main ", mais aussi pour renforcer le recrutement et séduire les salariés, apprentis ou déjà expérimentés. Aussi, des formations devraient être mises en place, pour des salariés envisageant une reconversion professionnelle. L’occasion de capter de nouveaux publics de salariés et de redonner une image professionnelle et attractive pour les métiers de l’agriculture.

Agri emploi 63 en chiffres

124 adhérents

386 salariés

28 CDI et 358 CDD

55 339 heures soit 34,4 ETP.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole