Aller au contenu principal

« Le commerce du vin est quasiment à l'arrêt »

Pierre Deshors, vigneron au Crest près de Clermont-Ferrand, vient de prendre la présidence de la Fédération Viticole du Puy-de-Dôme dans un contexte inhabituel.

Pierre Deshors, vigneron au Crest, est le nouveau président de la Fédération Viticole du Puy-de-Dôme.

Les vignerons et viticulteurs puydômois se sont réunis in extremis le 12 mars dernier, à l'occasion de l'assemblée générale de la Fédération Viticole. Un nouveau bureau a été élu (voir encadré ci-dessous) et Pierre Deshors en a pris la présidence. Vigneron installé au Crest depuis 2007, c'est dans un contexte plus qu'inhabituel qu'il a vécu le premier mois de sa nouvelle fonction.

Quelle est la situation chez les vignerons puydômois ?

« Les caves sont encore ouvertes parce que notre produit est considéré comme un bien de première nécessité. Malgré tout, le commerce du vin est quasiment à l'arrêt. Nos clients majoritaires sont les gens du village. Un collègue m'a confié avoir vendu 6 bouteilles en une semaine ! Ne nous leurrons pas, ce n'est pas le vin que recherchent actuellement les consommateurs. Quant aux ventes auprès des cavistes et restaurateurs, elles sont évidemment nulles. Alors qu'habituellement la période est propice au lancement des nouveaux millésimes, et donc mouvementée pour nous ; or en cette période c'est malheureusement le calme plat. Comme tout le monde, nous ignorons vers quoi nous nous dirigeons. Le seul avantage que nous avons est la facilité de conservation de notre produit. »

Mais comme tous les professionnels vous aussi avez besoin d'un revenu ?

« Bien sûr ! Nous avons tous des crédits, des charges de production, des salariés pour certains et besoin de vivre tout simplement. Parce que nous n'avons aucun revenu actuellement, certains collègues n'ont pas embauché de personnel pour réaliser l'attache des vignes. D'autres l'ont fait malgré tout, mais c'est compliqué car Il nous fil faut ut mettre en place les gestes barrières, ainsi que des équipements de protection, et nos métiers, nos outils, nos vignes ne sont pas forcément adaptés. »

 

Après la sécheresse de 2019, cette crise sanitaire est un second coup dur ?

« Nous avons perdu plus de 60% de notre production l'année dernière sur la zone d'appellation. Nous n'avons donc pas une grosse quantité de bouteilles à vendre mais ces ventes auraient permis d'avoir un revenu. On ne fait pas du vin pour qu'il reste en cave ! Alors oui c'est un second coup dur en l'espace d'une année. Les caves vont y laisser des plumes. La Fédération Viticole recense en ce moment même les pertes des vignerons afin de recueillir des chiffres exacts. »

Cette nouvelle campagne démarre mal...

« Et elle n'est pas terminée ! L'hiver a été très sec et certains collègues déplorent des dégâts après les gelées d'il y a 15 jours. La situation économique et sanitaire est inquiétante mais la météo actuelle l'est tout autant. Nous sommes face à une conjoncture qui dans son ensemble n'invite pas à l'optimisme. Si nous devions subir une deuxième année de sécheresse, qui plus est conjuguée aux évènements actuels, ce serait une catastrophe. Les caves ne laisseraient alors pas seulement des plumes mais toute la bête ! Il faut espérer que la pluie reviendra vite. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole