Aller au contenu principal

Témoignage
Le choix sociétaire est un choix d’avenir pour Jean François

L’exploitation de ses parents lui était prédestinée. Mais Jean François Geille a préféré reprendre la suite d’un associé d’un GAEC voisin qui partait à la retraite.

Jean François Geille , installé en Gaec
Jean François Geille a 23 ans. Fils d'agriculteurs, il aurait très bien pu s'installer avec ses parents, aujourd'hui proches de la retraite, et poursuivre ainsi l'exploitation familiale ; « c'était dans la logique des choses » ponctue sa maman. Mais la vie en a décidé autrement ! Après avoir obtenu son Bac Pro au lycée agricole de Rochefort-Montagne, réalisé son stage 6 mois, son stage 40 heures et travaillé deux ans sur l'exploitation en tant qu'aide familiale, Jean-François choisit de s'installer en avril 2007 au sein du Gaec du Puy de Boucaud, avec Eric et Julien Villedieu, deux jeunes agriculteurs de son âge et de la même commune. « Je ne m'imaginais pas reprendre l'exploitation laitière de mes parents, explique-t-il. Coincée dans le bourg de Heume l'Eglise, elle est devenue impossible à agrandir. Et puis je ne me voyais pas poursuivre seul la production laitière sans avoir l'assurance de pouvoir la développer dans des conditions normales. » Alors, lorsque Bernard Villedieu, père de Eric et Julien, annonce qu'il va faire valoir ses droits à la retraite, Jean François saute sur l'occasion pour étudier la possibilité de s'associer avec ses amis d'enfance. « Ce fut courageux de la part de Bernard Villedieu car il n'a pas hésité à précipiter son départ pour faciliter mon installation au sein du Gaec » reconnaît le jeune agriculteur. A l'issue d'un stage de parrainage de 8 mois avec son cédant, Jean François Geille devient associé du Gaec. Il apporte dans ses bagages 32 ha (16 ha dans la cadre de la reprise de l'exploitation de son oncle, et 16 autres achetés sur la commune de Briffons, via la Safer Auvergne)
Ils sont trois aujourd'hui à conduire la production laitière (55 vaches de race Prim'Holstein, pour un quota de 434 000 litres) et un atelier vaches allaitantes charolaises. « Je ne regrette pas du tout ce choix sociétaire. C'est plus agréable de travailler à plusieurs : on se partage les tâches, mais aussi les responsabilités et les décisions à prendre. Travailler en société permet également à chacun d'entre nous de pouvoir souffler un peu ».
Les trois jeunes agriculteurs ont désormais des projets plein la tête. Ils sont en train de construire un bâtiment logettes paillées pouvant accueillir près d'une centaine de vaches laitières et une salle de traite. Ils mi-sent également sur la génétique du troupeau ; l'un d'entre eux a suivi un stage d'insémination dans la perspective d'améliorer le potentiel génétique du cheptel et de réduire à terme les charges liées aux inséminations.

Le 18 décembre : préparer sa retraite en agriculture
La petite région agricole Livradois-Forez organise une journée sur le thème de la cessation et la transmission des exploitations le 18 décembre prochain à la Maison des Jeunes d'Ambert.

Cette rencontre s'adresse tout particulièrement aux sociétés dont l'un des membres de plus de 55 ans prévoit d'arrêter son activité, et aux jeunes qui projettent de s'installer au sein d'une société d'exploitation agricole.
Trouver un successeur dans un Gaec n'est pas chose facile. Inversement, reprendre des parts dans une société ne s'improvise pas. La PRA Livradois-Forez a donc choisi d'accompagner les cédants et les éventuels repreneurs à préparer au mieux ces changements.
« Par cette action, il s'agit de contribuer à maintenir une agriculture viable et vivable sur notre territoire, et de la vie dans nos campagnes » indique Annie Marret, responsable professionnelle de la PRA.

Rendez-vous le mardi 18 décembre dès 10 h.
La matinée sera consacrée à un exposé sur les principales questions qui concernent la cessation-transmission (retraite, transmission de capital, outils de production...) et au témoignage d'un agriculteur-cédant.

Après un buffet campagnard gratuit, l'après-midi accueillera d'autres témoignages et des points infos en libre service pour des conseils individuels.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole