Aller au contenu principal

EDE 63
Le calendrier prévisionnel de reproduction, pour regarder ses vaches d’un œil avisé

La surveillance du cheptel est un élément-clé de l’élevage laitier. Visite à deux éleveurs qui utilisent un outil de l’EDE 63-Conseil Elevage créé pour faciliter cette observation.

Géraldine Dupic, aux côtés d’Evelyne et Daniel Martin, éleveurs à Saint-Victor-La-Rivière.

Daniel et Evelyne Martin sont éleveurs laitiers et producteurs de saint-nectaire fermier. Leur cheptel de 45 vaches laitières montbéliardes est hébergé dans une stabulation libre. Les vaches sont mises à l'estive, avec traite et fabrication du fromage sur place. Aussi les éleveurs groupent-ils les vêlages à partir du 15 septembre, après la descente des estives. « Le but du jeu est de faire faire à chaque vache un veau par an, sans trop perdre de temps » dit Daniel Martin. Le temps des éleveurs est compté, de la traite, à l'élevage des élèves, en passant par la production matin et soir de saint-nectaire.

L'enjeu de la reproduction 

Des chaleurs mal détectées, une insémination qui n'a pas pris, ce sont tout de suite 3 semaines qui passent - 6 semaines, 9 semaines si ça se reproduit.
« Une vache qui ne fait pas de veau, ça coûte à l'éleveur du temps et de l'argent. Il devra attendre pour une nouvelle lactation » explique Géraldine Dupic, technicienne.
Comment ne pas passer à côté des chaleurs ? « Déjà, le fait d'être en stabulation libre nous permet de mieux repérer les vaches en chaleur et prêtes à être inséminées » dit Daniel Martin. Mais quand même : il faut bien surveiller, et avec 45 vaches « il y en a toujours une qui passe au travers de la surveillance » dit Daniel Martin.
Depuis un an, l'éleveur utilise le calendrier que lui envoie chaque mois sa technicienne.

 

 

Le calendrier prévisionnel

Il recense, événement par événement, les vaches du troupeau de l'éleveur. Chaque mois, l'éleveur a regroupé les vaches au stade « vêlage », celles dont il faut « observer les chaleurs », celles «à inséminer », celles dont il faut observer le « 1er retour sur insémination », etc. Des dates indicatives, comme le « terme du vêlage est dépassé depuis le 28/10», précisent le cas de chaque vache.
Ce calendrier est édité grâce à la compilation de données des centres d'insémination (date d'IA de la vache) et de l'Ede. A partir de ces données et de durée standard par race, le planning des cycles de chaque vache est réactualisé, mois après mois, événement après événement.
Le calendrier peut aussi être édité par date, à la demande de l'éleveur.

 

 

Un outil- mémento 

« Le but de ce calendrier, c'est d'éviter à l'éleveur de perdre du temps » dit Géraldine Dupic. L'éleveur reçoit son planning et sait à quel moment et pour quoi il doit faire attention à telle ou telle vache. Un mémento en quelque sorte. « Certains éleveurs le font d'eux même. D'autres utilisent des plannings rotatifs ou linéaires : mais ces outils ont leurs limites lorsque la taille du troupeau augmente » dit la technicienne. «Auparavant explique Daniel Martin, j'utilisais mes papiers du centre d'insémination. A présent tout est présenté sur 2 ou 3 pages, c'est beaucoup plus simple à gérer.»

Géraldine Dupic, technicienne de Puy-de-Dôme Conseil Elevage

La reproduction des vaches laitières, « gros souci » dans le département

L'Intervalle Vêlage - Vêlage (IVV) a augmenté de 15 jours en 10 ans, avec des variations selon les races : 400 jours, 430 jours... quelle que soit la race, les vaches font aujourd'hui moins d'un veau par an. Cette dégradation de l'IVV est préjudiciable aux éleveurs, elle a un coût économique, bien entendu. Elle peut être liée à l'alimentation des vaches avant et après le vêlage. Mais elle est parfois aussi liée à un manque de surveillance de l'éleveur : inséminée, sa vache a-t-elle bien pris ? Certains éleveurs n'ont pas de temps à consacrer à cette surveillance. Pour ma part, j'édite chaque mois, pour chacun des éleveurs que je suis, le calendrier prévisionnel de reproduction de leur troupeau. Les éleveurs ont ainsi, regroupées selon leur stade, les vaches à surveiller, celles à inséminer, etc. Ce calendrier prévisionnel fournit des éléments d'alerte à l'éleveur quant à la reproduction dans son cheptel laitier.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole