Aller au contenu principal

Rats taupiers
L’Auvergne porteuse des revendications nationales

Plusieurs départements du Massif central sont touchés par la pullulation des rats taupiers. Pour les éleveurs, la réglementation pour lutter contre l’envahisseur doit rapidement évoluer. Le dossier doit être défendu jusqu’au bout.

Partout où passent les rats taupiers, l’herbe trépasse
«Lourdeur administrative, manque de moyens financiers, moyens techniques limités » grognent les paysans dès qu’on évoque le sujet des campagnols terrestres communément dénommés rats taupiers. «Les pullulations de rats taupiers sont récurrentes et ont pris tellement d’ampleur que les dégâts sont toujours présents chaque année et ce, malgré les efforts menés dans les luttes ! Celles-ci sont rendues inefficaces en raison de freins que nous impose la réglementation notamment. Nos fourrages et nos exploitations sont mis en péril par cette calamité » résume Bruno Chaput, secrétaire général de l’UDSEA du Puy-de-Dôme.
Une forte mobilisation sur l’ouest du département a permis d’avoir un écho national aux préoccupations des éleveurs. La Franche-Comté, région très touchée également par ce problème, a reçu une délégation auvergnate qui a permis de d’élaborer un ensemble de revendications aussitôt approuvées par tous les départements concernés des massifs du Jura, de la Savoie et du Massif central, du Puy-de-Dôme à l’Aveyron. Ce mémorandum servira de base à la FNSEA lors des discussions interministérielles sur le devenir de la réglementation en la matière. "De son côté, le développement s'attache à proposer des solutions techniques pour la remise en état des prairies après les fortes pullulations », conclut Bruno Chaput.
Les revendications nationales relatives à la lutte contre le rat taupier

La FNSEA demande :


-Le maintien de l’usage de la bromadiolone après 2007 comme outil indispensable dans le cadre d’une lutte intégrée contre le rat taupier.
- La simplification des procédures administratives des luttes, pour plus de réactivité aux échelles collectives et individuelles (favoriser notamment la lutte à basse densité de population sans déclaration particulière)
- Le développement de solutions techniques concrètes à court terme, complémentaires aux aménagements paysagers
favorisant la présence de la faune sauvage prédatrice (PH3 sur campagnols terrestres, possibilité de retournement sur des parcelles engagées sous contrat).
- Le développement de solutions techniques de lutte à long terme (nouvelles molécules, immunocontraception).
-L’indemnisation des agriculteurs les plus touchés, afin de maintenir la pérennité des exploitations qui s’engagent à lutter contre les rats taupiers.
- Le financement des moyens de lutte doit permettre d’éviter les impasses sur les luttes.


L’ensemble de ces mesures permettra aux exploitants
agricoles d’être mieux armés pour faire face au fléau que représentent les campagnols terrestres.

La FNSEA a fait part de l’ensemble de ces revendications au ministère de l’Agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole