Aller au contenu principal

Bio
L’autonomie fourragère, la priorité du Conseil Elevage Bi

Le Conseil Elevage dispose d’un service spécialisé en production Biologique. Il propose à ses adhérents des axes de travail qui diffèrent quelque peu du conventionnel.

Michel Boyer espère pouvoir optimiser sa production fourragère grâce au Conseil Elevage. Il en fera sa priorité lorsque la nouvelle machine à traire sera installée définitivement.

Le Conseil Elevage existe aussi pour les éleveurs Bio ! Et rien, ou presque, ne change par rapport au conventionnel. Le technicien travaille sur les mêmes bases et l’éleveur a les mêmes attentes. Cependant, certains points apparaissent prioritaires et d’autres, faciles à contrôler en conventionnel, le sont moins en Bio. Mais que ce soit l’un ou l’autre la recherche de la qualité et de la productivité est toujours au centre des réflexions.

 

Pareil ou presque

Le Conseil Elevage Bio est constitué comme le conventionnel. Le suivi de troupeau, les analyses de lait… sont présentes. Cependant, l’autonomie fourragère de l’exploitation est le point clef du conseil. Jean Zapata, technicien au Conseil Elevage, donne une grande importance à cette production : « En Bio, tout l’enjeu est dans l’autonomie fourragère. Le fourrage certifié coûte très cher. Nous insistons sur l’analyse des prairies et leur conduite pour garantir une production optimale.» Le technicien apporte une grande importance à l’identification de la flore lors de ses visites.

Le renouvellement des animaux est également un point important puisqu’il permet de garantir l’équilibre de la production. «Nous n’avons pas la même réflexion qu’en conventionnel. L’éleveur Bio a une approche plus durable et affective des animaux. Il va essayer de les sauvegarder. Le fait que les animaux certifiés soient difficiles à trouver joue sur la question du renouvellement.» La qualité du lait est également plus délicate à gérer en élevage Biologique. Le technicien du Conseil Elevage veille donc à apporter une attention particulière à ce point.

Un service sur mesure pour l’élevage Biologique et pour des éleveurs qui ont besoin de soutien.

 

« Il apporte des connaissances »

Mireille et Michel Boyer sont éleveurs laitiers et producteurs de St Nectaire Bio sur la commune de Besse. L’EARL comprend une centaine d’hectare pour 45 vaches laitières de race Abondance. Ils ont adhéré au Conseil Elevage afin d’obtenir quelques conseils. « Nous avions un problème de cellules dans notre lait. C’est principalement pour cette raison que nous avons adhéré au Conseil Elevage en 2010. Nous avons identifié l’origine du problème comme étant la machine à traire. Nous avons également trié quelques bêtes avec le technicien. Il nous a aussi conseillé sur l’administration des vermifuges. Le plus gros du travail est sur la gestion de l’herbe. Le technicien nous ap-prend à identifier les plantes pour savoir à quel moment il faut faire pâturer ou faucher. Depuis plus d’un an, le Conseil Elevage nous a apporté beaucoup de soutien. Cela va nous permettre d’optimiser notre production» témoigne Michel Boyer.

Le conseil permet donc de donner des outils de gestion aux éleveurs. De plus, des aides (disponibles en Bio et en conventionnel) prennent en charge une partie du coût du Conseil Elevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole