Aller au contenu principal
Font Size

L’autoguidage a porté de main

Les systèmes GPS se multiplient dans les exploitations. Ils peuvent être achetés et utilisés à plusieurs.

Autoguidage

Les systèmes de guidage se développent dans le Puy-de-Dôme et plus particulièrement dans la Limagne. Utilisés principalement pour faciliter les traitements phytosanitaires notamment avec la coupure des tronçons sur les pulvérisateurs, ils s’emploient désormais à bien d’autres tâches. Certains systèmes ont été développés pour autoguider le tracteur mais le coût reste élevé . Un groupe d’agriculteurs des environs de Billom a néanmoins trouvé la parade. Le 18 mars dernier, Gérard Greliche a accepté de témoigner de cette expérience lors d’une après-midi d’information organisée par la FDCuma du Puy-de-Dôme.

 

Autoguidage RTK, comment ça marche ?

L'autoguidage Rtk permet au chauffeur de se libérer de la conduite dans la parcelle et de repasser dans les mêmes traces d'une fois à l'autre lors des chantiers de binage ou de production semencière par exemple. Un système dont la particularité est d’avoir une précision de deux à trois centimètres !

Une prouesse rendue possible grâce à une station fixe qui corrige le signal satellitaire. Cette correction dite "différentielle" permet à l'automoteur équipé, d'être guidé automatiquement par ondes radio ou téléphonie mobile. Seulement, le coût d’une telle technologie est difficile à envisager pour une seule exploitation puisque l’achat de la balise terrestre avoisine les 10 000€. A cela, il faut rajouter l’achat des équipements individuels pour les tracteurs (moteur sur volant et correcteur de devers) et les charges de fonctionnement de la balise.

Acquisition à plusieurs

Gérard Greliche est l’un des onze agriculteurs à avoir participé à l’achat d’une balise Rtk en 2011. «J’ai essayé un système Gps en 2007 mais l’expérience n’a pas été concluante. Le système Rtk m’a paru bien plus avancé mais le prix était trop élevé pour envisager un achat seul. J’ai donc fait du porte à porte chez mes voisins pour voir qui serait intéressé. Finalement, nous étions 11 et nous avons eu l’idée d’acheter la balise terrestre ensemble. Ensuite, chacun a investi dans le matériel individuel pour les tracteurs. Aujourd’hui, nous sommes six à être équipés et à l’utiliser.» La balise a été placée chez un membre du groupe, sur l’un de ses bâtiments situé sur une colline à Glaine-Montaigut. Les frais d’électricité et d’assurance sont partagés entre chaque agriculteur et s’élève à environ 100€/an. Une entente très avantageuse pour chacun d’entre eux.

«Sur mon exploitation, j’ai investi dans un moteur sur le volant et un correcteur de dévers. Chaque outil a son câblage, je peux ainsi adapter facilement et rapidement l’équipement sur le tracteur que j’utilise ou sur la moissonneuse. Depuis, je réalise des économies de gasoil, de produits phytos et surtout j’évite la fatigue. La collaboration entre tous les membres du groupe se passe très bien. Nous réfléchissons à créer une association pour permettre à d’autres agriculteurs d’utiliser la balise. » Le petit groupe prévoit également de développer le système notamment en prenant un abonnement auprès d’un satellite géostationnaire afin d’améliorer le signal parfois faible dans les zones vallonnées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole