Aller au contenu principal

L’association Porc Montagne cherche acteurs motivés

L’association Porc Montagne éprouve des difficultés à rassembler les acteurs autour de son action, une situation qu’elle espère corriger en faisant appel à Inaporc.

Les membres de l’Association Porc Montagne étaient réunis à Aubière pour leur assemblée générale annuelle où le développement de la démarche était au cœur du discours.

«Ce fût une année intense !» Lors de l’assemblée générale de l’Association Porc Montagne, le 8 juillet dernier à Aubière, Georges Champeix, le président et son équipe sont revenus sur les faits marquants de 2014. Ce rendez-vous annuel a été également l’occasion de se tourner vers l’avenir. L’association Porc Montagne a en effet des difficultés à fédérer producteurs, transformateurs et distributeurs autour de sa charte. Dans un mouvement naturel, c’est donc vers Didier Delzescaux, directeur de l’interprofession INAPORC, que les membres de l’association ont demandé conseil.

 

Rassembler autour de la montagne

A ce jour, l’association Porc Montagne compte environ 140 producteurs situés essentiellement dans le Massif central et la région Provence-Alpes-Côte-D’azur. Au total, cela représente plus de 100 000 porcs (environ 6 000 tonnes) qui entrent dans la démarche de l’association alors que le potentiel français est de plus de 770 000 porcs. Loin de souhaiter rallier l’ensemble des producteurs, Georges Champeix a néanmoins fixé la barre haute dans l’espoir, dit-il de créer de la valeur ajoutée pour tous. « Personne ne réussira seul. Nous devons jouer collectif pour faire avancer notre démarche qualité. Notre objectif est de faire entrer à terme plus de 300 000 porcs dans l’association. Pour créer de la valeur ajoutée sur notre produit et permettre aux jeunes et aux producteurs de poursuivre leur activité en toute quiétude, nous devons poursuivre notre développement et faire adopter notre charte par le plus grand nombre.» Une charte sur laquelle, le président de l’association se dit inflexible.

Elaborée en accord avec la législation européenne «montagne », cette charte fixe les prix et les redevances entre éleveurs et abatteurs-découpeurs. Ainsi, pour chaque morceau de viande de porc, près de 65% du prix est reversé au producteur et le reste au transformateur. A ce jour, quatre abattoirs, six découpeurs et cinq transformateurs ont souscrit à cette charte. «Cette démarche ne peut fonctionner que si elle est collective. Je souhaite que d’autres acteurs de la filière nous rejoignent ; les portes leurs sont ouvertes! »

Le rapprocher pour fédérer

La principale difficulté pour l’association Porc Montagne est de fédérer l’ensemble des acteurs de la filière.

Pour Georges Champeix, cette situation statique est inquiétante. « Aujourd'hui, nous savons qu’il y a des volumes et de la demande. La question est de savoir si oui ou non, nous nous mettons tous en ordre de marche une bonne fois pour toutes »

A ses côtés, Didier Delzescaux, directeur de l’interprofession Inaporc, invité de l’assemblée générale, affirme qu’il faut continuer à croire et à développer la démarche. « La montagne c’est parlant pour le consommateur. Ce qu’il faut pour poursuivre un tel projet c’est de la motivation mais pas uniquement. Il est dommage qu’il n’y ait pas davantage d’entreprises engagées à vos côtés. Je vous encourage vivement à développer votre visibilité auprès des consommateurs.»

Hormis quelques conseils, Didier Delzescaux a invité l’association Porc Montagne à rejoindre Inaporc pour bénéficier du cadre juridique, de l’expérience mais aussi du carnet d’adresses de l’interprofession.

Une décision que les membres du bureau n’ont pas encore prise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole