Aller au contenu principal

«L’arrêt de son activité est aussi un projet de vie »

A l’occasion de la semaine de la transmission et de l’installation, la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme a organisé plusieurs journées pour aider les cédants à s’organiser.

Ils étaient une vingtaine d’agriculteurs à avoir fait le déplacement jusqu’à Saint-Babel, dans la Limagne Sud, pour suivre la journée transmission.

Transmettre son activité agricole suite à un départ en retraite ou autres (reconversion professionnelle…), est un long chemin, semé de nombreuses difficultés. Entre démarches administratives, relation avec les propriétaires, la famille et remise en question de son entreprise, le parcours peut s’étaler sur plusieurs années. Durant une semaine, les Chambres d’agriculture d’Auvergne ont organisé dans chaque département, plusieurs journées pour informer et sensibiliser les futurs cédants. Au programme, des témoignages d’agriculteurs ayant transmis leur exploitation et des interventions de plusieurs professionnels (conseillers d’entreprise, MSA, centre de gestion…). Le 20 novembre dernier, c’est à Saint-Babel dans le Puy-de-Dôme qu’une de ces journées a eu lieu.

 

Une longue réflexion

Agriculteur à Entraigues en Limagne Nord, Henri Desnoyer a cédé son exploitation à Christophe Beauviot il y a un an. Les deux hommes ne se connaissaient pas et se sont rencontrés grâce au Répertoire à l’Installation Agricole. L’un cherchait des terres, l’autre un repreneur pour continuer à faire vivre son exploitation céréalière de 40 ha. « Choisir un successeur, c’est pire qu’une embauche parce qu’il n’y a pas la possibilité de revenir en arrière. Le choix a été difficile. Christophe venait de la Nièvre, il était salarié agricole, proche de la quarantaine, il a une vie de famille… Je l’ai choisi parmi 12 candidats». Après un stage parrainage d’un an, l’agriculteur et son successeur concluent. Christophe Beauviot reprend l’intégralité de l’exploitation agricole dont 20 ha qui appartiennent à Henri Desnoyer. Les 20 ha restant sont la propriété de plusieurs personnes. «J’ai averti mes propriétaires trois ans avant de rencontrer mon successeur. » Désormais à la retraite, Henri Desnoyer ne regrette pas son choix et encourage même ses collègues à y réfléchir. Selon lui, il faut plusieurs années pour réussir une transmission et le plus long n’est pas l’administratif. «L’arrêt d’activité est aussi un projet de vie. Il faut savoir ce que l’on veut transmettre, à qui et comment. Ces réflexions prennent du temps».

 

Des étapes à ne pas négliger

Un cheminement qu’il invite à ne pas accomplir seul pour éviter les erreurs et les oublis. Les centres de gestion, la MSA ou encore la Chambre d’agriculture sont les plus à même d’accompagner les futurs cédants. Ces derniers doivent commencer leur réflexion, sept à cinq ans avant leur départ selon Lionel Genestier, conseiller en entreprise à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. «Il faut envisager différentes hypothèses (vendre, transmettre, louer) mais aussi réfléchir au plan d’investissement et à la stratégie de l’exploitation. Elle ne doit pas se dégrader et rester attrayante». Ce n’est seulement que deux ans avant la cessation que le futur retraité doit s’inscrire au Répertoire à l’Installation Agricole pour trouver un repreneur. Dans le même temps, il devra évaluer le patrimoine de son exploitation. «Attention, la recherche d’un repreneur pour racheter des parts d’un Gaec par exemple est plus longue. Intégrer une société intéresse peu de gens surtout en lait » précise Lionel Genestier. Une fois le candidat idéal trouvé, c’est à l’issue du stage parrainage que chacun découvrira s’il a véritablement trouvé « chaussure à son pied ». Cette période «d’essai» peut s’éta-ler de trois mois à un an.

On ne le dira jamais assez, la transmission se prépare. Ces journées d’informations et de sensibilisation permettent à de nombreux agriculteurs d’envisager l’avenir, à l’heure où près de 55% d’entre eux ont plus de 50 ans. Selon les données d’Agreste, d’ici 2017 plus de 120 000 exploitations seront transmissibles en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole