Aller au contenu principal

L’apprentissage se conjugue aussi avec Agri Emploi 63

Depuis le 16 septembre dernier, Florent Delaire, jeune apprenti salarié d’Agri Emploi 63, partage ses heures de travail entre une exploitation et une Cuma. Une expérience innovante et enrichissante.

François Déchelette et Florent Delaire : une collaboration entre tuteur et apprenti qui doit durer deux ans. Avec l’espoir pour l’éleveur qu’elle se poursuivra au-delà de la durée du BTS par alternance

Sur la commune de Celles-sur-Durolle, François Déchelette élève près de 75 charolaises sur 92 ha, dont 15 ha de maïs, orge et triticale (vente de broutards et vaches de réformes).

Adhérent d’Agri emploi 63, il partage depuis quelques années avec la Cuma de la Durolle les services d’un salarié. Mais après cinq ans de salariat, ce dernier annonce son départ pour s’installer. « Il me fallait trouver quelqu’un d’autre pour le remplacer ainsi que sur la Cuma » explique l’éleveur. Le bouche à oreille fait son œuvre. Non loin de Celles-sur-Durolle, à Noirétable, Florent Delaire, 17 ans, recherche un maître d’apprentissage dans le cadre de son BTS par alternance. Rapidement les deux hommes entrent en contact, aux côtés d’un troisième acteur : Agri Emploi 63.

La structure va faciliter la contractualisation en se positionnant comme l’employeur du jeune apprenti. Depuis le 16 septembre dernier, Florent Delaire est ainsi salarié d’Agri emploi 63 pendant deux ans, soit la durée de sa formation par alternance. Sur la première année, il va partager son temps entre 602 heures au CFA (au lycée de Précieux à Montbrison) et 1001 heures de travail en exploitation, dont 665 heures sur l’exploitation de François Déchelette et 336 heures sur la Cuma.

Sur l’exploitation, Florent Delaire participera au quotidien de l’élevage : soins des animaux, alimentation, conduite du tracteur, suivi, carnet d’entretien etc… « je lui ferai découvrir aussi tout le pan administratif de l’exploitation, précise François Déchelette. C’est important ! J’insiste beaucoup sur ce point car c’est de cette façon que l’on apprend à anticiper les activités et son emploi du temps ». Auprès de la Cuma, Florent se familiarisera bien sûr avec la conduite et l’entretien des machines. Ce sera aussi l’occasion pour lui de découvrir le système des Cuma et l’engagement individuel qui doit exister derrière chacun des adhérents. Fils d’agri- culteurs, Florent semble déjà bien au fait du métier. « Mon objectif à terme est de m’installer sur la ferme familiale, avec mon père et mon frère, en remplacement de mon oncle. »

 

Agri emploi 63, facilitateur administratif

Cette relation de travail entre l’éleveur et le jeune apprenti est facilitée par l’intervention d’Agri Emploi 63.

La structure départementale assure l’ensemble des tâches du cadre administratif : déclaration d’embauche, bulletin de salaire, contrat de travail, organisation du planning, dérogation pour les jeunes mineurs auprès de la Direccte ; gestion des arrêts maladie, absences, accidents du travail ; gestion des litiges et des fins de contrats etc… Agri Emploi offre par ailleurs une enveloppe de 150€ HT pour l’achat d’équipement de protection individuelle. « Sans les services d’Agri Emploi63, je ne sais pas si j’aurais franchi le pas d’embaucher seul un apprenti…Les démarches administratives m’auraient certainement dissuadé. Avec Agri emploi 63 tout est pris en charge, je peux ainsi me consacrer pleinement à mon rôle de tuteur auprès de Florent » reconnaît François Déchelette.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole