Aller au contenu principal

L’apprentissage se conjugue aussi avec Agri Emploi 63

Depuis le 16 septembre dernier, Florent Delaire, jeune apprenti salarié d’Agri Emploi 63, partage ses heures de travail entre une exploitation et une Cuma. Une expérience innovante et enrichissante.

François Déchelette et Florent Delaire : une collaboration entre tuteur et apprenti qui doit durer deux ans. Avec l’espoir pour l’éleveur qu’elle se poursuivra au-delà de la durée du BTS par alternance

Sur la commune de Celles-sur-Durolle, François Déchelette élève près de 75 charolaises sur 92 ha, dont 15 ha de maïs, orge et triticale (vente de broutards et vaches de réformes).

Adhérent d’Agri emploi 63, il partage depuis quelques années avec la Cuma de la Durolle les services d’un salarié. Mais après cinq ans de salariat, ce dernier annonce son départ pour s’installer. « Il me fallait trouver quelqu’un d’autre pour le remplacer ainsi que sur la Cuma » explique l’éleveur. Le bouche à oreille fait son œuvre. Non loin de Celles-sur-Durolle, à Noirétable, Florent Delaire, 17 ans, recherche un maître d’apprentissage dans le cadre de son BTS par alternance. Rapidement les deux hommes entrent en contact, aux côtés d’un troisième acteur : Agri Emploi 63.

La structure va faciliter la contractualisation en se positionnant comme l’employeur du jeune apprenti. Depuis le 16 septembre dernier, Florent Delaire est ainsi salarié d’Agri emploi 63 pendant deux ans, soit la durée de sa formation par alternance. Sur la première année, il va partager son temps entre 602 heures au CFA (au lycée de Précieux à Montbrison) et 1001 heures de travail en exploitation, dont 665 heures sur l’exploitation de François Déchelette et 336 heures sur la Cuma.

Sur l’exploitation, Florent Delaire participera au quotidien de l’élevage : soins des animaux, alimentation, conduite du tracteur, suivi, carnet d’entretien etc… « je lui ferai découvrir aussi tout le pan administratif de l’exploitation, précise François Déchelette. C’est important ! J’insiste beaucoup sur ce point car c’est de cette façon que l’on apprend à anticiper les activités et son emploi du temps ». Auprès de la Cuma, Florent se familiarisera bien sûr avec la conduite et l’entretien des machines. Ce sera aussi l’occasion pour lui de découvrir le système des Cuma et l’engagement individuel qui doit exister derrière chacun des adhérents. Fils d’agri- culteurs, Florent semble déjà bien au fait du métier. « Mon objectif à terme est de m’installer sur la ferme familiale, avec mon père et mon frère, en remplacement de mon oncle. »

 

Agri emploi 63, facilitateur administratif

Cette relation de travail entre l’éleveur et le jeune apprenti est facilitée par l’intervention d’Agri Emploi 63.

La structure départementale assure l’ensemble des tâches du cadre administratif : déclaration d’embauche, bulletin de salaire, contrat de travail, organisation du planning, dérogation pour les jeunes mineurs auprès de la Direccte ; gestion des arrêts maladie, absences, accidents du travail ; gestion des litiges et des fins de contrats etc… Agri Emploi offre par ailleurs une enveloppe de 150€ HT pour l’achat d’équipement de protection individuelle. « Sans les services d’Agri Emploi63, je ne sais pas si j’aurais franchi le pas d’embaucher seul un apprenti…Les démarches administratives m’auraient certainement dissuadé. Avec Agri emploi 63 tout est pris en charge, je peux ainsi me consacrer pleinement à mon rôle de tuteur auprès de Florent » reconnaît François Déchelette.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole