Aller au contenu principal

L'AOP Fourme d'Ambert riche de ses acteurs

La Maison de la Fourme d'Ambert oeuvre à la conservation du patrimoine agricole et culturelle autour de la célèbre AOP à la pâte persillée.

Conservé à l’abri du temps qui passe, le patrimoine passé de la Fourme d’Ambert et du Livradois-Forez survit à la Maison de la Fourme.

Les 5 et 6 août prochains auront lieu à Ambert les Fourmofolies. Ce festival annuel dédié à la Fourme d'Ambert rassemble l'ensemble des acteurs du monde agricole, artisanal et rural du Livradois-Forez autour d'évènements culturels. La Maison de la Fourme d'Ambert participera bien entendu aux festivités. Ce petit musée conserve, depuis plus de 25 ans, les souvenirs d'un terroir passé et associe patrimoine et filière AOP.

 

Un patrimoine à découvrir

La Maison de la Fourme d'Ambert est en plein ébullition. La saison touristique 2017 a démarré et le ballet des visiteurs s'enchaîne dans le petit musée. Niché au coeur du quartier médiéval d'Ambert, il dévoile aux touristes comme aux locaux, le patrimoine local et tous les secrets du fameux fromage. Créé en 1995 par l'Association des Fromages et Patrimoine, la Maison de la Fourme connaît une seconde jeunesse depuis les années 2010. Reprise par les producteurs fermiers et transformateurs de fourme d'Ambert, les élus locaux ainsi que le syndicat de l'interprofession de l'AOP, ils ont tenu à faire de ce lieu une «porte d'entrée sur le territoire». Antoine De Boismenu, président de l'association et producteur de fromages, oeuvre chaque jour avec ses différents partenaires à sortir de l'ombre des maisons à colombage, ce petit bout de territoire. « La Maison de la Fourme d'Ambert n'est pas seulement un musée. C'est un lieu à la fois de découverte historique, patrimonial, culturel et sensoriel. On découvre, on cuisine et on déguste la Fourme d'Ambert. »

Des ateliers ludiques

Outre la traditionnelle visite des salles d’expositions et de la cave datant du XIVème siècle où matériels anciens, maquette de jasserie et vache à traire plongent les visiteurs dans une autre époque, la Maison de la Fourme propose divers ateliers. L’établissement joue désormais la carte d’éducateur au bon goût avec la fabrication de fromage, de beurre, préparation de burger à la fourme à déguster sur place ou encore la découverte des AOP d’Auvergne. « Les gens n’ont pas toujours le sens des réalités. La visite du musée et les activités permettent de leur donner un maximum d’informations et de les sensibiliser sur différents sujets tel que le bien-être animal. Une vache qui pâture 150 jours dans l’année n’est pas malheureuse et encore moins exploitée ou maltraitée ! »

Un maillon assembleur

Acteur touristique incontournable de la ville d’Ambert, le rôle de la Maison de la Fourme ne s’arrête pas là. Porté par la volonté d’inscrire l’AOP fromagère au cœur du territoire du Livradois-Forez, l’association des Fromages et Patrimoine est à l’initiative de l’obtention du label Site remarquable du goût. « La ville d’Ambert et les ambertois avaient des difficultés à s’approprier tout le terroir existant autour de la Fourme d’Ambert. Le macaron «Site remarquable du goût » renforce notre communication sur l’ensemble des outils de promotion du fromage.» Depuis, Antoine De Boismenu en est persuadé, le lien unissant les ambertois à leur fromage et leur patrimoine est de plus en plus fort. Le label et l’implication de l’association ont également permis de renforcer encore davantage les collaborations entre les différents acteurs de la filière. « Les producteurs fermiers sont adhérents à l’association ainsi que la laiterie Thuaire, très impliquée dans la valorisation du Livradois-Forez.» La Fourme d’Ambert ne rassemble donc pas seulement les gourmands autour d’une table mais aussi tous ceux qui participent à sa fabrication et sa valorisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes dans une vigne
La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma en six questions
 La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application soit le 1er janvier si l'arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole