Aller au contenu principal

Saint-Nectaire
L’AOP cultive la stratégie de l’équilibre

L’interprofession du Saint-Nectaire s’est réunie, vendredi dernier, en assemblée générale à Besse. En huit ans, la production a progressé de 10 %.

A gauche, Bernard Blay, directeur de l’interprofession et à droite, le président, Jean-Luc Dischamp.

Producteurs, transformateurs et affineurs, tous les acteurs de la filière AOP Saint-Nectaire se sont donné rendez-vous en fin de semaine dernière, à Besse. L’occasion, entre autres, de faire le point sur le marché. Avec un taux de pénétration moyen de 30,3%, le Saint-Nectaire demeure un produit plébiscité par les français. Dans une récente enquête menée par le magazine Stratégie, « le Saint-Nectaire arrive en première position des produits préférés des auvergnats, devançant ainsi Volvic et Michelin », a souligné Jean-Luc Dischamp, président de l’interprofession.

En 2010, le plus généreux des fromages a cependant été contraint de composer avec les nouvelles stratégies des distributeurs. Pour la première fois, depuis une dizaine d’années, les supermarchés ont en effet pris le pas sur les hypers dans les circuits alimentaires (33,20 % contre 32,30 %). Par ailleurs, début 2010, le parc de magasins de Hard Discount s’établissait à 4 754 unités, soit 158 de plus en un an. Malgré cela, le circuit voit sa part de marché chuter au-dessous des 14%, du fait notamment de la loi de modernisation de l’économie (LME) et de la stratégie volontariste des enseignes de supers et d’hypers sur les prix.

 

Coupe dans la coupe

Dans ce contexte, les volumes de fromages AOC commercialisés ont reculé de 0,7 %. Avec une progression de 1,8 % des ventes, le contexte est favorable pour le «libre service », où s’écoule 30 % environ du Saint-Nectaire. Sur ce segment de marché, le Saint-Nectaire se trouve en positif. Sur le segment de la coupe (70 % du volume), pour la première fois, il suit la tendance générale à la baisse. Seul le marché des crémiers peut apporter un bémol à l’évolution de la coupe. « Notre AOP n’échappe pas à l’érosion du marché de la coupe », a constaté Bernard Blay, directeur de l’interprofession. En 2010, 14 180 tonnes de Saint-Nectaire ont été fabriquées, 6 887 en « fermier » et 7 293 en « laitier ». En dix ans, la production a progressé de 10%. La promotion fait désormais partie intégrante de la stratégie de l’interprofession, ainsi en mai 2010, une campagne d’affichage d’envergure a été lancée, avec un slogan « Le Saint-Nectaire, nectar de la nature ». Un message à priori porteur car en août, les ventes ont progressé de l’ordre de 600 tonnes. Si la dynamique est un peu retombée au second semestre, l’interprofession ne veut bien évidemment pas en rester là. Pour 2011, une nouvelle campagne est programmée. Route des fromages, concours des prairies fleuries, sont aussi autant d’outils pour valoriser le Saint-Nectaire, en parallèle des panneaux 4x3 installés dans les grandes villes.

 

Quatre objectifs prioritaires

 

- Poursuivre le contrôle de la qualité

- Maintenir les volumes produits en lait et en fromages laitiers et fermiers à un horizon de 2 ans et maintenir une réserve pour répondre à l’augmentation de la demande.

-Maintien de la CVOL ou d’une prime AOP Saint-Nectaire au moins au niveau de 2011.

- Continuer la communication sur 3 ans (2010-2011-2012).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole