Aller au contenu principal

Appellation
L'AOC Côtes d’Auvergne évolue

Gilles Vidal, président du syndicat AOC Côtes d’Auvergne et de la Fédération viticole du Puy-de-Dôme, fait le point sur l’actualité de l’appellation.     

Bientôt, 5 nouveaux cépages plus résistants à la sécheresse devraient intégrer le cahier des charges de l'AOC.

Après une année 2021 compliquée en termes de volume, l’AOC Côtes d’Auvergne reprend du poil de la bête grâce à des récoltes importantes malgré les épisodes de sécheresse. Certaines communes dans le sud du département sont néanmoins mises en grande difficulté face au réchauffement climatique, poussant le syndicat à accompagner ses adhérents et à repenser sa cartographie et son cahier des charges, notamment par l’intégration de nouveaux cépages plus résistants à la sécheresse.

De meilleurs rendements en 2022

En 2022, 13 000 hectolitres (hl) de vin (équivalents à 1,7 millions de bouteilles NDLR) ont été produits par l’AOC Côtes d’Auvergne. C’est presque deux fois plus que 2021, qui comptabilisait seulement 8 000 hl (1 millions de bouteilles). Cette recrudescence s’explique par un cycle végétatif précoce accompagné de précipitations à la fin de juin puis à la mi-août. « On est passé d’un rendement moyen de 24 hl par hectare en 2021 à 40 hl/ha en 2022 » rapporte Gilles Vidal.

La consommation locale se maintient

Les années COVID ont profité à l’AOC Côtes d’Auvergne avec une augmentation de la consommation locale « les habitants de l’agglomération clermontoise se sont appropriés l’appellation : on a de plus en plus de demandes de la part de cavistes et de restaurateurs depuis la crise sanitaire » explique Benoit Fesneau, animateur de la fédération.
Par ailleurs, les récents résultats de l’étude Vinora, concernant le profil-type des vins volcaniques, pourraient prochainement mener à la création d’un nouveau label « vins volcaniques » qui valorisera sans nul doute les produits issus du vignoble puydômois, premier vignoble volcanique français.

Mise à jour du cahier des charges

Élaboré à la fin des années 2000, le cahier des charges de l’AOP devrait prochainement faire peau neuve. Dans un contexte marqué par les sécheresses et le manque d’eau, la fédération envisage d’intégrer de nouveaux secteurs situés au nord du département, plus adaptés aux aléas climatiques. Pour ce faire, un travail de cartographie est en cours : « on part de notre cartographie existante qu’on recoupe avec les études de Vinora pour orienter les nouveaux planteurs vers des zones plus adaptées aux enjeux climatiques et éviter les investissements inutiles » explique Gilles Vidal, qui ajoute que « ces études ont notamment prouvé que les sols basaltiques (volcaniques NDLR) proféraient une meilleure résistance aux vignes que les sols argilo-calcaires ». La fédération travaille actuellement avec la SAFER, le Département et les communes pour identifier de nouvelles parcelles avant d’analyser leurs sols et leur climat. « C’est l’IFV (Institut Français de la Vigne et du vin NDLR) qui s’occupera de réaliser la cartographie ».

Cinq nouveaux cépages

Autre évolution notable : l’AOC devrait intégrer 5 nouveaux cépages d’ici un an, en plus du Gamay, du Chardonnay et du Pinot noir. Encore en pleine prospection, la fédération avance sous l’égide de l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) et de son plan national encourageant les ODG à intégrer des cépages plus résistants aux aléas climatiques. « Ces cépages, anciens ou nouveaux, pourront représenter, à l’avenir, 5% des plantations et 10% en volume d’assemblage » précise Benoit Fesneau. Recrutée il y a un an par la fédération viticole, Salomé Pinton, technicienne viticole, est en charge de ces recherches et suit par ailleurs les adhérents pour les conseiller sur l’évolution de leurs pratiques agricoles, afin de limiter les impacts du climat et optimiser leurs rendements.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole