Aller au contenu principal

L'ambroisie, ennemie des cultures, poison des abeilles

Préjudiciable aux cultures de printemps, de tournesols en particulier, l’ambroisie produit un pollen de piètre qualité et potentiellement nocif pour les abeilles.

Néfaste pour l'agronomie, l'ambroisie est également préjudiciable aux abeilles.

Dans la famille Chatard, l’ambroisie on fait avec depuis un paquet de temps. « Au milieu des années soixante, je me souviens que des plants poussaient après les moissons. Ils étaient détruits par le labour », se souvient Guy Chatard, exploitant en retraite du côté de Boucé dans l’Allier. Au cœur de ses fortes terres, l’ambroisie s’est disséminée dans les cultures de printemps, rendant délicat le travail des agriculteurs dans leur champ de tournesols et de colza. Jean-Loup, le fils de Guy en sait quelque chose. « C’est une plante difficile à contenir. Elle a une capacité à se développer très importante au détriment de nos cultures ». Le risque d’envahissement, Jean-Loup le contient en utilisant une variété particulière de tournesol faisant appel à la technologie de désherbage Clearfield. « Pour ne pas pénaliser la culture par un effet jaunissant, je traite en post-levée sous la culture, en utilisant en moyenne 1,100 litres par hectare ». De quoi freiner le développement de cette indésirable adventice¹, qui se révèle également être une redoutable ennemie pour les abeilles.

Le tournesol, le soleil des butineuses

Non contente d’être fortement allergène, l’ambroisie produit un pollen d’une bien piètre qualité. « C’est comme si une personne mangeait tous les jours, matin, midi, et soir, uniquement des navets », éclaire Philippe Lecompte, apiculteur bio et président du réseau biodiversité pour les abeilles². Pas de quoi nourrir des milliers de petites butineuses...pour qui, les tournesols constituent un copieux garde-manger. Pire, les investigations scientifiques menées actuellement à l’Université de Mons en Belgique, tendent à démontrer la toxicité du pollen d’ambroisie pour les abeilles. La menace est double, selon Pierre Testu du réseau biodiversité « la pression de l’ambroisie sur le tournesol fait baisser les surfaces, ce qui de fait affaiblit les ressources des abeilles ». Pour Philippe Lecompte, la lutte contre l’ambroisie est donc une nécessité pour les filières agricoles mais aussi apicoles. « Les techniques de désherbage et de binage ayant fait leur preuve doivent être encourager ».

¹ Le binage est une autre alternative à la lutte contre l’ambroisie. Elle est toutefois peut adaptée aux terres lourdes.

² Le réseau Biodiversité pour les abeilles rassemble des apiculteurs, des agriculteurs et des organisations professionnelles. Il est soutenu par des entreprises du secteur.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole