Aller au contenu principal

FILIÈRE
Laine cherche débouchés...

"La laine est classée comme un produit d'équarrissage ce qui limite aujourd'hui les possibilités de valorisation" selon Michèle Boudoin, présidente de la FNO, lors d'une table ronde.

La laine est une charge pour les élevages ovins contraints de pratiquer la tonte sans valorisation de la fibre.

La laine fait partie intégrante de l'histoire de l'Homme. Qu'elle soit d'un blanc immaculée ou d'or, la toison est présente depuis l'âge de pierre jusqu'à l'ère moderne. L'avènement du coton, du polyester, de l'acrylique et de l'industrie du textile qui a suivie, a rangé la laine au placard. Elle représente désormais moins de 1% de la production des fibres mondiales. Or, le mouton imberbe n'est pas encore né et dans les élevages, les toisons s'entassent faute de filière tricolore voire même de filière tout court. En Auvergne-Rhône-Alpes, plus de 14 000 tonnes de laine dormiraient ainsi dans les élevages. À l'heure de la sobriété énergétique et de la souveraineté, les professionnels du textile et les éleveurs cherchent à redonner une seconde vie à la laine.

Le textile nécessite des laines aux longues fibres

Réunis autour d'une table ronde à l'occasion du Sommet de l'Élevage, des éleveurs, des artisans, des industriels du textile ainsi que des acteurs locaux ont échangé sur ce sujet de la valorisation de la laine.
Les premiers à brandir l'étendard d'un renouveau de la fibre ovine sont les éleveurs pour qui "la laine est une charge sur les exploitations". Par ses mots, Claude Font, éleveur en Haute-Loire, témoigne de toute la difficulté à laquelle il est confronté. Ses moutons doivent être tondus, au moins une fois par an pour "limiter les parasites (...) c'est une question de bien-être pour nos animaux" mais il ne sait que faire de la laine. "Nous l'écoulons, petit à petit, comme on peut."
Marie-France Dabert, également éleveuse ovine et conseillère régionale, ajoute un témoignage identique. "Nous avons quatre ans de laine dans la grange ! Nous n'avons aucun moyen de valorisation ne serait-ce que pour payer la tonte !"
Mais il y a laine et il y a LA laine, celle qui permet véritablement une utilisation textile. En AuRA, l'élevage ovin majoritaire concerne des races à viande. Rava, Blanches du Massif Central, Limousines... n'ont pas été sélectionnées dans le passé pour leurs qualités lainières. Une bonne laine est faite de "longues fibres" explique Patrice Brun, gérant de l'usine textile Devernois ; tout le contraire des races citées plus haut. L'industriel français achète de ce fait son fil de laine en Italie." Nous recherchons une qualité irréprochable. Nos vêtements sont vendus plusieurs centaines d'euros. Ils doivent séduire la cliente." Toutefois, Patrice Brun ne ferme pas la porte à la laine française à condition qu'elle atteigne une qualité similaire, voire supérieure, et "que les outils de lavage et de filature reviennent en France".

De nouveaux débouchés ?

La valorisation des laines issues des élevages ovins allaitants pourrait trouver son émergence dans l'isolation ou, plus étonnant, la fertilisation.
Lors d'un voyage en Mongolie, Michèle Boudoin, présidente de la FNO, a rencontré un industriel fabricant des granulés d'engrais à base de laine de mouton. Là encore, dans le contexte économique actuel, cette production "pourrait limiter la dépendance de la France aux importations d'engrais" explique la présidente. Si l'idée est intéressante, elle se heurte cependant à la réglementation européenne. "La laine est classée comme un produit d'équarrissage limitant considérablement les possibilités de transformation."
Une réglementation également trop contraignante pour Pascal Laffont, gérant des Lavages de laines du Gévaudan à Saugues (dernier outil français du genre), dont l'activité est "très encadrée" et a nécessité "de lourds investissements pour répondre aux normes". À l'image des éleveurs, le professionnel appelle à rebâtir d'urgence une filière laine en France sous peine " de voir disparaître les derniers outils encore existants" et bien plus préjudiciable "les savoir-faire qui se transmettent par la seule expérience".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole