Aller au contenu principal

L'Ail rose de Billom sort enfin de son isolement

L'ail rose de Billom a récemment été inscrit sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de la France.

L'inscription de l'Ail rose de Billom permet de perpétuer des pratiques et savoir-faire ancestraux.

L'ail rose est sans nul doute l'une des cultures les plus emblématiques de la Limagne et le témoin inexorable de l'évolution de l'agriculture puydômoise. Présente autrefois dans un grand nombre d'exploitations de la plaine, elle a été délaissée, presque oubliée, au profit de productions plus rentables. Désormais, ils sont une trentaine d'agriculteurs à le cultiver encore, notamment sous le nom d'«Ail rose de Billom ». Leur ténacité soutenue par l'ensemble des acteurs locaux (municipalités, Communautés de Communes, associations, confrérie, fédération de producteurs...) a permis récemment d'inscrire la production au Patrimoine Culturel Immatériel de la France.

Des distinctions à portée de main


« Après plus de trois ans de travail de l'ensemble des acteurs locaux, cette inscription est une victoire. Les savoir-faire, les traditions et la culture de « l'ail rose de Billom » sont préservés » se réjouit François Fournier, président de l'Association des Champs d'ail de Billom. Cette nouvelle distinction vient renforcer le Label Site Remarquable du Goût, obtenu il y a plusieurs années. Tous deux participent à la reconnaissance du produit, de ses richesses, de son patrimoine environnemental, paysager et architectural. Plus encore, le Patrimoine Culturel Immatériel de la France offre un inventaire des pratiques liées directement à la culture de l'ail. « La transmission aux générations futures est assurée. »
À ce jour, seulement 30 producteurs, produisant en moyenne un hectare d'ail chacun, sont répertoriés sur le secteur de Billom. L'ail rose est apprécié des gourmets pour ses qualités organoleptiques propres à son terroir. C'est d'ailleurs dans le but de le protéger de la « contre façon » que les producteurs oeuvrent à obtenir la reconnaissance « Indication Géographique Protégée ».
Camille Buissière, animatrice de la Fédération de l'ail d'Auvergne est d'ailleurs plus que confiante dans la réalisation de ce projet. « L'obtention d'une IGP dépend essentiellement de la dynamique du territoire. Le lien au terroir et la dynamique que génère cette production, sont des points indispensables pour l'INAO. L'ail rose de Billom a donc toutes ses chances parce que l'ensemble des acteurs concernés, et même au-delà, est mobilisé. »

Une notoriété croissante


La preuve en est, le nombre considérable de manifestations ayant pour emblème fédérateur l'ail rose lui-même. La Foire à l'Ail premièrement, attire chaque année aux alentours de début août près de 30 000 visiteurs. La Fête de l'Ail'Ambic, chaque 11 novembre, organisée par la confrérie des Grands Goussiers, remet le condiment à l'honneur. Enfin, le Village des Sites Remarquables du Goût, chaque premier week-end de décembre (7, 8 et 9 décembre 2018), invite là encore les badauds à découvrir et déguster non seulement l'ail rose mais aussi de nombreux produits de la France entière. Bien plus que de simples manifestations « traditionnelles », elles promeuvent la culture et permettent de réparer le défaut de notoriété du produit.

Rendez-vous : Les 7, 8 et 9 décembre, à l’espace du Moulin de l’étang à Billom, aura lieu le 21ème village des producteurs des Sites Remarquables du Goût. Près d’une quarantaine de producteurs, venus de toutes les régions de France, feront découvrir les richesses de leurs terroirs. Plusieurs espaces de dégustations proposeront aux visiteurs de se laisser tenter à des pauses gourmandes ponctuées des révélations des producteurs eux-mêmes : l’ail rose de Billom et son ail noir mais aussi le cresson de Méréville, les pruneaux de Saint-Aubin, les sardines de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les huîtres de Cancale, les vins d’Alsace, les volailles de Bresse et bien d’autres seront présents.

Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole