Aller au contenu principal

L’ail d’Auvergne reprend son avenir en main

L’ail d’Auvergne reprend la route de la certification et s’apprête à déposer un dossier IGP auprès de l’INAO.

Laurent Heinis, président de la Fédération de l’ail d’Auvergne espère voir s’écrire l’avenir de la culture avec l’IGP.

L’ail rose d’Auvergne, produit sur les bassins de Billom et de Limagne Nord pourrait, dans un avenir proche, rejoindre le club des condiments français labellisés. Après 20 ans de réflexions, les producteurs sont aujourd’hui en ordre de marche pour décrocher l’IGP (Indication Géographique Protégée) auprès de

l’INAO. Le nouveau dossier en préparation à la Fédération de l’ail d’Auvergne, compte bien faire valoir le caractère séculaire et unique des bulbes puydômois.

 

Une culture bien vivante !

« Un taux d’allicine supérieur à la normale, un goût prononcé et une meilleure conservation », l’ail rose d’Auvergne est un produit singulier. Laurent Heinis, producteur et président de la Fédération de l’ail d’Auvergne ne dira pas le contraire.

Cultivé de longue date au pied des volcans, l’ail a connu son apogée dans les années 1960 avec plus de 1 000 ha. Aujourd’hui, on compte seulement 25 hectares pour 35 producteurs, majoritairement des céréaliers de Limagne. « L’ail a toujours été une culture de diversification. Les manipulations manuelles étant impor- tantes, elles étaient souvent pratiquées par le grand-père ou la grand-mère. Mais depuis, le modèle agricole a changé et la culture de l’ail a été abandonnée. » La mécanisation partielle de la culture n’a pas suffi à enrayer le phénomène. Désormais, environ 200 tonnes de bulbes aillés sont produits chaque année sur le département. L’essentiel est vendu auprès de trois conditionneurs (Jardin de Limagne, Agri Condiment et la Ferme des Volcans) et environ 30% en vente directe.

L’IGP : protection et avenir

Pourtant l’ail d’Auvergne a de quoi ravir les palais des plus fins gourmets. Le condiment doit sa singularité gustative au terroir sur lequel il est produit. « Une terre argileuse au pH neutre, et des précipitations plutôt faibles », l’ail rose alternatif de printemps se sublime dans ces terres volcaniques.

D’où l’importance vitale de conserver et pérenniser cette culture. « L’IGP permettra d’améliorer la visibilité de notre produit et d’augmenter les ventes. L’ail est un condiment et non un produit de consommation courante comme le vin ou le fromage. Sa vente répond à un marché de niche que nous devons fidéliser encore davantage. »

Laurent Heinis espère surtout, à travers cette démarche, rassembler l’ensemble des producteurs et voir se dessiner un avenir. L’IGP comme bouclier protégeant l’authenticité et incitant peut-être les futures générations à entrer dans la sphère de l’ail d’Auvergne : les producteurs n’en espèrent pas moins.

Quelles différences entre l’AOP et l’IGP ?

L’AOP : Appellation d’origine protégée, désigne la dénomination d’un produit dont la production, la transformation et l’élaboration ont lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. Il s’agit de la déclinaison au niveau communautaire de l’AOC.

L’IGP : Indication géographique protégée désigne des produits agricoles et des denrées alimentaires dont les caractéristiques sont étroitement liées à une zone géographique, dans laquelle se déroule au moins leur production, leur transformation et leur élaboration.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole