Aller au contenu principal

L’ail d’Auvergne reprend son avenir en main

L’ail d’Auvergne reprend la route de la certification et s’apprête à déposer un dossier IGP auprès de l’INAO.

Laurent Heinis, président de la Fédération de l’ail d’Auvergne espère voir s’écrire l’avenir de la culture avec l’IGP.

L’ail rose d’Auvergne, produit sur les bassins de Billom et de Limagne Nord pourrait, dans un avenir proche, rejoindre le club des condiments français labellisés. Après 20 ans de réflexions, les producteurs sont aujourd’hui en ordre de marche pour décrocher l’IGP (Indication Géographique Protégée) auprès de

l’INAO. Le nouveau dossier en préparation à la Fédération de l’ail d’Auvergne, compte bien faire valoir le caractère séculaire et unique des bulbes puydômois.

 

Une culture bien vivante !

« Un taux d’allicine supérieur à la normale, un goût prononcé et une meilleure conservation », l’ail rose d’Auvergne est un produit singulier. Laurent Heinis, producteur et président de la Fédération de l’ail d’Auvergne ne dira pas le contraire.

Cultivé de longue date au pied des volcans, l’ail a connu son apogée dans les années 1960 avec plus de 1 000 ha. Aujourd’hui, on compte seulement 25 hectares pour 35 producteurs, majoritairement des céréaliers de Limagne. « L’ail a toujours été une culture de diversification. Les manipulations manuelles étant impor- tantes, elles étaient souvent pratiquées par le grand-père ou la grand-mère. Mais depuis, le modèle agricole a changé et la culture de l’ail a été abandonnée. » La mécanisation partielle de la culture n’a pas suffi à enrayer le phénomène. Désormais, environ 200 tonnes de bulbes aillés sont produits chaque année sur le département. L’essentiel est vendu auprès de trois conditionneurs (Jardin de Limagne, Agri Condiment et la Ferme des Volcans) et environ 30% en vente directe.

L’IGP : protection et avenir

Pourtant l’ail d’Auvergne a de quoi ravir les palais des plus fins gourmets. Le condiment doit sa singularité gustative au terroir sur lequel il est produit. « Une terre argileuse au pH neutre, et des précipitations plutôt faibles », l’ail rose alternatif de printemps se sublime dans ces terres volcaniques.

D’où l’importance vitale de conserver et pérenniser cette culture. « L’IGP permettra d’améliorer la visibilité de notre produit et d’augmenter les ventes. L’ail est un condiment et non un produit de consommation courante comme le vin ou le fromage. Sa vente répond à un marché de niche que nous devons fidéliser encore davantage. »

Laurent Heinis espère surtout, à travers cette démarche, rassembler l’ensemble des producteurs et voir se dessiner un avenir. L’IGP comme bouclier protégeant l’authenticité et incitant peut-être les futures générations à entrer dans la sphère de l’ail d’Auvergne : les producteurs n’en espèrent pas moins.

Quelles différences entre l’AOP et l’IGP ?

L’AOP : Appellation d’origine protégée, désigne la dénomination d’un produit dont la production, la transformation et l’élaboration ont lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. Il s’agit de la déclinaison au niveau communautaire de l’AOC.

L’IGP : Indication géographique protégée désigne des produits agricoles et des denrées alimentaires dont les caractéristiques sont étroitement liées à une zone géographique, dans laquelle se déroule au moins leur production, leur transformation et leur élaboration.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Claude Font, élu à la FNO en charge du dossier loup
Claude Font : «L’objectif fixé, c’est zéro attaque»
Premières tendances de prédation en 2020, projet gouvernemental de rehaussement du plafond de prélèvement, l’actualité autour du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole