Aller au contenu principal

Nouveau préfet
L’agriculture en guise de baptême de terrain

Francis Lamy, préfet du Puy-de-Dôme et de l’Auvergne depuis lundi dernier, s’est rendu, mardi, sur l’exploitation du Gaec des Moulins, à Madriat, dans le Puy-de-Dôme.

Faut-il y voir un signe ? Ou est-ce pur hasard du calendrier ? N’empêche que pour son premier déplacement sur le terrain, le nouveau préfet d’Auvergne et du Puy-de-Dôme, Francis Lamy a choisi de se pencher sur le secteur agricole, en visitant l’exploitation de la famille Pélissier, à Madriat. Une aubaine pour les responsables agricoles départementaux et régionaux, qui ont bien évidemment profité de ce déplacement pour lui brosser le portrait de l’agriculture de leur territoire et aborder largement avec lui, les sujets sensibles du moment. En premier lieu, la sécheresse dont l’ampleur semble encore devant nous.

Des mesures vont être mises en œuvre, notamment une solidarité entre céréalier et éleveur, les premiers étant invités à ne pas broyer la paille. L’implantation des cultures en dérobés à destination des éleveurs est également envisagée. Mais pour Claude Raynaud, président de l’Udsea du Puy-de-Dôme, « pour passer ce cap difficile qui ne fait que commencer, les agriculteurs seront probablement obligés, à un moment ou à un autre, de se tourner vers les collectivités locales et l’état ».

Dérogation jachère opérationnelle

Le préfet, qui s’est montré très à l’écoute des différents intervenants a, par ailleurs, confirmé que la dérogation permettant le fauchage des jachères étant une mesure décrétée au niveau national, ne fera pas l’objet d’arrêté préfectoral. Autrement dit, cette décision s’applique d’ores et déjà de fait. Globalement, Francis Lamy a estimé que le département n’était pas dans une situation qui justifie, pour le moment, des mesures restrictives d’usage de l’eau, même si la vigilance reste de mise. Le barrage de Naussac qui soutient la rivière Allier est en effet rempli dans sa totalité, avec 180 millions de m³, il dispose d’une réserve opérationnelle.

D’une manière transversale, la plupart des intervenants ont souligné la complexité du secteur agricole. «Aujourd’hui, aucun agriculteur ne peut dire qu’il dispose de la trésorerie pour faire face à un accident climatique ou économique. Ce qui témoigne bien d’un appauvrissement général de l’agriculture », a résumé Pascal Servier, président de la Fdpl du Puy-de-Dôme.

En cause, la volatilité des prix, l’augmentation inexorable des charges et la pression de la grande distribution, dont le pouvoir a été renforcé par la Loi de modernisation de l’économie. « Nous appelons à davantage de régulation », ont martelé les responsables professionnels.

Aujourd’hui, même dans un secteur porteur comme celui du lait, où les cours sont soutenus avec des prévisions à 350 euros/tonnes d’ici l’été, les producteurs restent extrêmement vigilants, car, comme l’a très bien perçu le préfet, « il y a les cours, mais il y a aussi les coûts ». Et des investissements toujours plus conséquents pour faire face à la mise aux normes, pour être plus efficaces, sans pour autant gagner davantage, comme en a témoigné Mathieu Pélissier, le plus jeune du Gaec des Moulins, « nous avons doublé notre quota, pour, au final, gagner autant » .../...


découvrez la suite de l'article en page 3 de l'Auvergne Agricole du 19 mai, n° 2392

A 51 ans, Francis Lamy succède à Patrick Stefanini à la tête de préfecture de région Auvergne et du Puy-de-Dôme. Cet énarque était préfet des Alpes Maritimes depuis 2009, après avoir été préfet de Haute Saône en 2006.

Né le 18 mars 1960 à Cherbourg, dans la Manche, Francis Lamy, énarque (promotion Fernand Braudel), a débuté sa carrière au Conseil d’État. De 1993 à 1995, il est conseiller technique au cabinet du Premier ministre Édouard Balladur. À la défaite de ce dernier, dès le 1er tour de la présidentielle de 1995, il est nommé conseiller juridique du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Un poste qu’il occupera jusqu’en 1998.

Parallèlement, et jusqu’en 2006, cet ancien maître de conférences à l’ENA, devient professeur associé des universités. De 1996 à 2006, il devient également médiateur du cinéma. L’une de ses passions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole