Aller au contenu principal

Interview
“L’agriculture bio ne doit pas être reléguée au rang de niche”

Questions à Emmanuel Renard, président de l’association Bio 63

Quelles sont les principales productions bio que l'on retrouve dans le département ?
Dans le Puy-de-Dôme, nous avons la chance d'avoir un large panel de productions allant de la culture des plantes aromatiques et médicinales à l'arboriculture, en passant par le maraîchage, l'aviculture, la viticulture, les élevages caprins et ovins. Mais la production de vaches laitières, allaitantes et de céréales reste dominante. En 2006 nous comptions 1341 vaches à viande en mode de production biologique, 570 vaches laitières et près de 950 ha de céréales/oléagineux/ protéagineux.

Comment s'organise la mise sur le marché des produits ?
L'organisation est différente selon les productions. Les plantes aromatiques et médicinales disposent d'une filière bien organisée à travers notamment la Sicarapam et l'association de producteurs Plantes de Pays. Pour le reste, la vente directe reste le moyen essentiel de distribution. Notre faible représentativité sur le département- moins de 2%- et notre dispersion sur le territoire sont un obstacle à la mise en place de filières. Prenez le cas du lait : des opérateurs paient le prix du lait bio au producteur mais le vendent en conventionnel faute de pouvoir organiser une collecte spécifique... Le paradoxe c'est que l'on importe du lait bio pour répondre à la demande !
Au niveau de la viande, la plupart des broutards part dans les circuits conventionnels car il n'existe pas de filière organisée, si ce n'est avec la SICABA dans l'Allier et BIOVIE en Haute-Loire, deux groupements obligés de se tourner vers l'Aveyron pour obtenir des volumes suffisants. L'idée de créer une filière engraissement bio sur le département ou au niveau de la région est aujourd'hui en réflexion. Cela éviterait d'importer en masse de la viande bio d'Italie pour fournir la consommation française.

Comment voyez-vous l'avenir de l'agriculture biologique dans le département ?
Nous avons une carte à jouer avec la bio dans le Puy- de-Dôme. Et je suis très optimiste sur ce point pour trois raisons essentielles. La première c'est que nous sommes dans une région qui a des atouts naturels reconnus. Deuxièmement, nous avons l'avantage, entre plaine et montagne du Puy-de-Dôme, d'avoir une diversité de production. Enfin troisièmement, l'agriculture bio offre une rentabilité économique intéressante au producteur. Je sais de quoi je parle ! Ancien agriculteur conventionnel, je ne reviendrai pas en arrière même au plus fort de la flambée des prix des céréales !

Si autant d'atouts existent en faveur de l'agriculture biologique auvergnate, alors pourquoi ne se développe-t-elle pas plus vite ?
Il y a plusieurs freins : au plan national par exemple, la mise en place des CTE a fait exploser le nombre de reconversions en bio sans exiger de réels engagements sur la durée. Résultat : des aides importantes ont été versées mais sans véritable impact pour la bio, surtout en production céréalière.
Mais le premier frein à l'évolution du bio c'est le manque de formation et d'information.
L'éducation sur l'agriculture biologique se limite à quelques modules destinés essentiellement aux gens déjà décidés à faire du bio. Or, ce qui est important c'est de donner les moyens aux étudiants de choisir, à la fin de leur cursus, entre l'agriculture conventionnelle et la bio. Pour cela, les modules isolés ne suffisent pas, il faut intégrer l'éducation de l'agriculture biologique dans la formation agricole conventionnelle. Cela permettrait aux jeunes d'être mieux armés pour choisir l'une ou l'autre des voies et surtout, cela éviterait de mettre les deux agricultures en opposition frontale. Le développement de la bio souffre aussi du manque d'information, notamment dans la presse agricole et spécialisée dont le rôle est d'aider les agriculteurs à se forger une opinion. Côté grand public, Bio63 se mobilise sur différentes manifestations pour faire connaître ce mode de production et ses produits.
Enfin, je regrette que l'agriculture bio soit si souvent reléguée au rang de niche par la profession alors qu'elle a toute sa place auprès de l'agriculture conventionnelle. Mais les choses évoluent ! Et dans le département, la Chambre d'agriculture a toujours accompagné les agriculteurs bio en mettant à leur disposition l'animation et le secrétariat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole