Aller au contenu principal

CHALEUR
L'aération souffle un vent de fraîcheur

L'augmentation du nombre de jours de canicules et l'élévation moyenne des températures obligent à repenser la conception des bâtiments pour maintenir une aération maximale, garante de fraîcheur.

Les chaleurs sont de plus en plus nombreuses et étouffantes au cours des saisons estivales. Entre 2000 et 2020, le nombre de jours de canicule cumulé étaient de cinq. Les prédictions pour 2050 portent ce chiffre à 35 jours à +35°C. Les animaux d'élevages pâtissent d'ores et déjà de ces conditions, avec des conséquences plus ou moins importantes sur les résultats technico-économiques.

Les bâtiments d'élevages ont aujourd'hui le double enjeu de protéger les cheptels des intempéries hivernales comme d'offrir un lieu de confort en période chaude. La conception des bâtiments se repense : orientation, isolation, aération, équipement... Et notamment dans les élevages laitiers où les bovins sont particulièrement sensibles aux fortes températures.


Pas de ventilateur sans aération


Selon une récente fiche de recommandations du CNIEL, les conditions « thermo-neutres » de la vache laitière se situent entre 2°C et 15°C. Plus les températures s'éloignent de cette plage, plus la vache laitière est contrainte de s'adapter. Si elle craint peu le froid et peu s'adapter jusqu'à -20°C (sous conditions d'une alimentation optimale, d'exercice et un courant d'air restreint), c'est en revanche plus compliqué lorsque les températures s'élèvent au-delà de 30°C. La température corporelle de l'animal croît en même temps que le stress (voir graphique ci-contre) et halète davantage (entre 60 et 90 respirations/minute > de 38,5°C ; 90 à 120 respiration/min > de 40°C). Les vaches doivent donc trouver dans les prairies, ou le bâtiment, un environnement de fraîcheur. D'ailleurs, lors des périodes caniculaires, « les vaches sont parfois mieux à l'ombre dans le bâtiment qu'en plein soleil au pré » souligne Éliane Gardon, conseillère bâtiment à l'EDE du Puy-de-Dôme « à condition, ajoute-t-elle, qu'il ne fasse pas plus chaud à l'intérieur qu'à l'extérieur ».
Cette fois encore, tout repose sur l'aération :

« Si aucun air ne rentre ni ne sort naturellement du bâtiment, il ne sert à rien d'investir dans des ventilateurs (en moyenne 67€/vache/an de coût de fonctionnement) qui vont brasser de l'air chaud ou des brumisateurs ! Ces équipements seront efficaces uniquement si l'air circule sans quoi l'effet "courant d'air" rafraîchissant sera nul. C'est même pire avec les brumisateurs ou les douches car l'humidité va stagner en l'absence d'air. » (Éliane Gardon, conseillère bâtiment à l'EDE du Puy-de-Dôme)

L'aération est la meilleure protection contre les fortes chaleurs et, selon la conseillère bâtiment, le plus efficace reste le bardage amovible qu'il est possible d'ouvrir ou de fermer en fonction de la saison et des conditions. « Certains éleveurs ont bricolé des bardages s'ouvrant face aux logettes. C'est une très bonne idée à condition qu’ils ne soient ni au sud ni à l’ouest. » Un bardage amovible ou plus simplement un filet ou un clairevoie peuvent être installés toujours avec la précaution de ne pas créer un rayonnement direct sur les animaux ou la ration.


Isolation de la toiture et translucides


Le plus délicat dans cette adaptation aux fortes chaleurs est le positionnement des translucides, désormais placés de préférence « sur les parties nord et est du bâtiment, il faut oublier les faces sud et ouest que ce soit sur le toit ou la façade». De même, « le dôme éclairant est à proscrire en zone de plaine ». Toujours au niveau de la toiture, les panneaux sandwich sont à privilégier. « Ce qui isole du froid, isole du chaud » explique Éliane Gardon qui invite les éleveurs, sur les bâtiments existants, à réaliser une isolation sous les tôles : « certaines entreprises proposent de projeter de la mousse qui durcit en 7 à 8 secondes ».


Prévoir davantage d'abreuvoir et planter des haies 


Lors des fortes chaleurs, une vache laitière peut consommer jusqu'à 150L d'eau par jour. L’eau doit donc être disponible en quantité et en qualité. L’accès aux abreuvoirs doit être facilité par une répartition optimale dans le bâtiment avec notamment suffisamment d’espace autour de chaque abreuvoir pour éviter la monopolisation par les vaches dominantes. Quant à la taille de ces derniers, le CNIEL recommande, au cœur de l'été, 10 cm/vache de longueur d'abreuvoir et un débit entre 15 et 20 L/min. « L'idéal est de prévoir, à la construction, des espaces permettant d'ajouter un à deux abreuvoirs pendant l'été. Dans les bâtiments existants, il faut également essayer d’en rajouter si le nombre d'abreuvoirs n'est pas suffisant » ajoute Éliane Gardon.
Enfin, la conseillère de l'EDE invite les éleveurs, quelle que soit l'espèce élevée (bovins, ovins, équins, volailles...) de s'inquiéter des abords des bâtiments.

« On avait tendance autrefois à couper les arbres par crainte qu'ils n'occasionnent des dégâts mais maintenant il faudrait en replanter. Une haie à 6 ou 7 m du bâtiment sur les façades sud et ouest, apporte de l'ombre et donc de la fraîcheur. Certaines essences, comme le frêne, poussent très vite et sont très faciles d'entretien. » (Éliane Gardon, conseillère bâtiment à l'EDE du Puy-de-Dôme)

L'implantation de bandes enherbées entre le bâtiment et le chemin de circulation participe également à réduire les températures puisque « l'herbe restitue moins de chaleur que de la caillasse qui est restée en plein soleil ».
                              

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La FCO-8 s'avère inhabituellement virulente. Les éleveurs sont appelés à la vigilance.
FCO-8 : situation préoccupante au sud du Massif Central
Depuis début août, le Sud du Massif Central est concerné par des cas cliniques de Fièvre Catarrhale Ovine-sérotype 8 sur bovins…
David Chauve est éleveur dans le Puy-de-Dôme, installé avec son épouse en Gaec en production laitière.
David Chauve : « L’agriculture n’est pas un jeu. Les agriculteurs ne sont pas des pions »
Secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, David Chauve estime que le Gouvernement doit cesser de mener en bateau les…
En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
À Chastreix, les producteurs de Saint-nectaire forcés d'être à l'arrêt
Chastreix a connu la semaine dernière une contamination bactériologique de son eau potable suspendant sa consommation et la…
Groupe d'éleveurs adhérents à Cabriol63, lors de la visite du Gaec de la ferme de la Credogne à Puy-Guillaume.
Cabriol63 : ensemble, ils vont plus loin !
En 2021, un groupe d’éleveurs caprins et ovins lait puydômois fonde Cabriol63. Depuis, de nombreuses portes s’ouvrent, avec…
Gilles Vidal (en jaune) échangeant avec Fabrice Pannekoucke et Ludovic Walbaum sur l'adaptation de la filière auvergnate face aux enjeux environnementaux et économiques.
Vendanges catastrophiques dans le 63
Dans le Puy-de-Dôme, les vendanges s’annoncent « catastrophiques » selon Gilles Vidal, président du Syndicat de l’AOC Côtes d’…
Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
Pourquoi l'élevage n'est pas le problème mais la solution à bien des maux ?
Après une période marquée par des attaques répétées envers l’élevage y compris au niveau de l’Etat, Patrick Bénézit, président de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole